Michele J. Sison,

Journée mondiale de la liberté de la presse: Le discours de Madame Michele J. Sison, ambassadrice Américaine en Haïti

Je voudrais vous souhaiter la bienvenue à l’Ambassade des États-Unis en cette grande occasion de la commémoration de la Journée Mondiale de la Liberté de la Presse.
J’aimerais profiter de cette opportunité pour remercier et saluer de manière spéciale M. Robenson Sanon pour sa participation à cette activité. Vous avez touché plusieurs points clés pour cette ambassade et pour la population haïtienne, la nécessité de combattre la violence, la nécessité de renforcer l’état de droit et la nécessité de dire “non” à l’impunité. 

 

Je reconnais le courage et la détermination dont lui, Josué Belamour, Frantz Cinéus et tous les nombreux autres journalistes continuent de faire montre dans leur travail et à travers leurs reportages. J’ai l’honneur de saluer aussi la présence parmi nous de Mme Fleurette Legagneur en hommage à la vie et au travail important son mari, le journaliste Vladimir Legagneur.
Je ne saurais ne pas mentionner la présence des représentants de la Radio Kiskeya. Nous avons été très impressionnés du dynamisme de la communauté des médias haïtiens, lequel soutenu par des auditeurs fidèles, a démontré sa capacité à recueillir rapidement des fonds pour aider à restaurer la station, et la rendre aussi forte et dynamique que jamais après le récent incendie.

 

Je vous remercie tous de nous honorer de votre présence ici ce matin.
Demain, vendredi 3 mai, marque le 26ème anniversaire de la Journée mondiale de la liberté de la presse.
Cette année, l’accent est mis sur la relation entre la presse et la démocratie à travers le thème principal: «Des médias pour la démocratie: le journalisme et les élections en période de désinformation». Cette journée spéciale célèbre les principes fondamentaux de la liberté de la presse, évalue l’état de la liberté de la presse dans le monde, et la protection les médias des atteintes à leur indépendance, et rend hommage aux journalistes qui ont perdu la vie dans l’accomplissement de leur devoir.
Comme nous en convenons tous, une presse libre est un élément primordial de toute vraie démocratie.

En tant que membres de la presse, vous avez tous un rôle crucial à jouer pour l’instauration de la démocratie en Haïti. Vous symbolisez la courroie de transmission de la vérité. En informant les citoyens, vous les aidez à se forger des opinions sur les problèmes politiques, économiques, et sociaux fondamentaux qui affectent leur vie.

Cependant, comme vous le savez, réaliser des reportages en Haïti va au-delà du simple fait d’informer la population. En diffusant des informations ponctuelles et objectives à la population, vous les rendez responsables.
Vous contribuez à donner une voix aux citoyens.

 

Vous donnez aux citoyens les outils dont ils ont besoin pour s’engager et plaider en faveur d’un changement réel et durable. Votre travail entraîne un dialogue important; aide à promouvoir l’engagement civique, à construire des institutions, à éduquer et à aider les sociétés à prospérer.
Nul n’est besoin de vous dire qu’aussi noble qu’il soit, le travail que vous faîtes n’est pas facile.
L’année écoulée, vos efforts ont permis de renforcer ceux qui luttent contre la corruption et ceux qui demandent
des comptes.

 

Alors que vous travailliez à promouvoir les droits de l’Homme et même à protéger des vies, beaucoup d’entre vous ont risqué la leur.
Ici à l’ambassade américaine, nous reconnaissons et saluons ces efforts, et nous restons déterminés à soutenir cette liberté de la presse en Haïti comme une priorité en vue de renforcer la gouvernance démocratique, la résilience et la sécurité de tous les Haïtiens.
Par exemple, en janvier de cette année, notre section de presse a organisé une formation sous la direction de Yves Colon, expert américain en médias, avec des journalistes venus de diverses régions d’Haïti sur les meilleures pratiques de reportages avant, pendant et après une crise.
Et cet été, notre Bureau des Affaires Publiques organisera une formation à Washington avec la Voix de l’Amérique (VOA) au bénéfice d’un groupe de journalistes sur le rôle des médias dans la bonne gouvernance et le rôle dans le travail visant à porter les élus à rendre compte.

 

Enfin, face aux défis croissants tels que la désinformation, notre l’Ambassade a soutenu l’Association des Journalistes en Ligne dans la création du T-Check, un programme de vérification en ligne de données
sur les déclarations concernant les politiques publiques du pays. Nous sommes heureux de noter qu’ils ne sont pas les seuls à effectuer ce travail de vérification des faits et données en Haïti, car TOMA et plusieurs autre ici présent vérifient les faits au quotidien.
Plusieurs sections de notre ambassade supportent également la presse haïtienne. L’USAID, par l’intermédiaire du Groupe Croissance, a soutenu le travail de la première Association des Journalistes Economiques d’Haïti, dont certains membres sont présents parmi nous aujourd’hui. Et notre Programme De l’USAID de Renforcement du Secteur de la Justice, également connu sous le nom de JSSP, contribue à renforcer le journalisme d’investigation en Haïti.

Les États-Unis demeurent un partenaire engagé d’Haïti et — en tant que fervents partisans de la liberté de la presse nous renouvelons notre engagement de vous accompagner en cette Journée mondiale de la liberté de la presse, et de vous accompagner chaque jour.
En plus de célébrer votre travail et de former un réseau pour rester en contact les uns avec les autres aujourd’hui, nous vous demandons également de réfléchir sur votre rôle dans le maintien et le renforcement de la démocratie.
C’est une grande responsabilité, et vous devez en être fiers. Je salue une fois de plus le travail que vous faîtes en tant que défenseurs de la liberté de presse et de la démocratie.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.