Hits: 0

 

Le Coordonnateur National à la Jeunesse et à l’Université de l’OPL, Gélorme Juste, à l’occasion de la journée internationale de la jeunesse célébrée le 12 août, a dressé un tableau sombre de la situation du pays, caractérisée par une crise sociopolitique et économique dont les jeunes sont les principaux victimes. Et par conséquent, appelle la jeunesse à s’engager dans la politique pour construire une société moderne.

À l’occasion de la Journée Internationale de la Jeunesse, le Coordonnateur National à la Jeunesse et à l’Université de l’OPL, Gelorme JUSTE, témoigne sa gratitude à l’ensemble des organisations de jeunes qui s’impliquent de plus en plus dans la lutte pour le respect des droits fondamentaux de la jeunesse en Haïti.

La vie tend à disparaître dans la cité, la Journée Internationale de la Jeunesse est pour les jeunes en Haïti une simple journée comme à l’ordinaire. Dommage!

Aujourd’hui, une crise de valeur sans précédent à laquelle s’ajoute une crise économique, sociale et politique où les dirigeants montrent leur incapacité à répondre aux exigences de l’heure. Aucune couche dans la société n’est épargnée. La Jeunesse en est la principale victime car, selon les données disponibles, la majorité des chômeur.e.s sont de cette catégorie sociale. Le gouvernement haïtien n’a aucune politique publique en matière d’intégration de jeunes.

Cette Journée m’interpelle sur ma lourde responsabilité. Elle m’interpelle sur le grand engagement que j’avais pris pour moi-même non seulement au sein du Parti, mais également face à la jeunesse de mon pays pour laquelle je dois porter le flambeau de l’espoir.

Une génération qui perd son enfance est quasiment forcée de rater sa jeunesse.

Des jeunes étudiant.e.s, professionnel.le.s ont dû quitter le pays pour gagner d’autres frontières comme l’Amérique latine par exemple, en quête d’une vie meilleure;

Des jeunes qui, à cause du chômage, de la précarité de la vie, sont obligé.e.s de se livrer à des activités de prostitution en vue de répondre à leurs besoins primaires;

Des jeunes de La Saline, de Cité Soleil, de Grand-Ravine, de Village de Dieu, et d’autres villes marginalisées du pays qui, à cause de l’insécurité formatée par les dirigeants haïtiens, sont privés de la liberté de profiter de leur jeunesse;

Jeunes de tous les recoins du pays, ce message s’adresse à vous.

La Jeunesse n’est pas seulement une tranche d’âge, c’est aussi une période dans la vie d’une personne où l’obligation lui est faite de semer les grains qui pousseront les plantes de son avenir.

Paraphrasant Edgard Leblanc Fils, l’ancien Président de l’Assamblée Nationale qui a dit : « La jeunesse n’est pas seulement l’avenir mais aussi le présent. Car c’est avec les matériaux du présent qu’on construit l’avenir » je veux vous rappeler que « L’avenir se construit.»

Ce 12 août, Journée Internationale de la Jeunesse, c’est l’occasion de dire NON aux pratiques suicidaires qui représentent un obstacle au développement de notre cerveau et aussi qui dégradent notre dignité humaine.

Vous autres jeunes filles, jeunes garçons qui, par peur, par dégoût, par déception, refusez de faire de la politique, je vous convie à vous y engager. Profitez de cette période pour participer à la construction d’une société régénérée et moderne.

Vive une Jeunesse réveillée pour un avenir meilleur et florissant!

Je vous remercie !

Gélorme JUSTE,
Coordonnateur National à la Jeunesse et à l’Université de l’OPL

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.