Publicités
Richmond Johnson 17 septembre 2018

Désireux à être un jeune perfomant en Haïti pendant les 50 dernières années est un choix énorme et courageux. Ainsi, les jeunes se sont parfois obligés à se jeter dans des situations indésirables en vue de trouver des opportunités pouvant leur permettre de briller.

Le dimanche dernier, tout le pays s’était mis debout pour accueillir et apprécier la nouvelle de Johanna Sylvain Joseph retenue parmi les 35 jeunes sur une liste des participants à la troisième édition du concours Jeunesse Francophone 3535 récompensant chaque année un groupe de 35 jeunes influents de part leur réalisation dans des pays de la francophonie. Ils ont pris rendez-vous pour le mois de novembre prochain lors de la cérémonie de remise des prix aux lauréats des catégories distinctes.

Formée à l’institution du Sacré coeur de Turgeau, Johanna est devenue aujourd’hui une porteuse de parole pour non seulement exprimer le mépris de la jeunesse mais aussi exiger une meilleure intégration des jeunes dans les choses réelles de ce pays via leur engagement dans leur champ d’action. Elle a été choisie parmi trois autres jeunes influents dans la catégorie de Plaidoyer et société civile.

Cette année, la première étape de la compétition avait débuté en Mai et Juin dernier avec le lancement officiel des inscriptions via un formulaire disponible sur un site Internet et réuni 290 jeunes venant de l’horizon divers(4 continents et 36 pays), parmis eux 3 haïtiens. Mais selon les procédures préalablement définies, en tant qu’haïtienne sauf la fondatrice chez JSJ Services avait eu l’aubaine de brûler l’étape et bénéficier le vote des jury.

Contactée par notre section de rédaction pour recueillir des informations relatives à sa participation à l’épreuve, la seule et unique représentante du bicolore haïtien du concours, née le 16 Mai 1986 à Port-au-Prince, s’est montrée très confiante et rassurante à l’idée de la voir emmener le prix final à Haïti dans sa catégorie. D’après Johanna, participer à ce concours était une priorité, parce qu’elle voulait montrer au monde entier la grande capacité des jeunes haïtiens et faire renaître l’espoir à cette souche d’un pays méprisé.

Actuellement, elle travaille dans le social avec de groupe de jeunes, surtout les filles, en vue d’une meilleure implication dans les affaires du pays. Elle était motivée à l’idée de transmettre la voix des jeunes à l’extérieur et de chercher une sorte de reconnaissance internationale.

Laissée le pays en 2005 avec pour principal dessein de compléter leur étude universitaire en France, Johanna Sylvain Joseph a étudié les Droits Public International et européen à l’une des universités françaises qu’elle n’a pas eu le temps de préciser le nom. En seulement sept ans passés à la république des tricolores, elle a obtenu deux licences et un Master. Qui dit mieux alors. En 2012, lors de son retour au pays, elle se faisait inscrire au barreau de Port-au-Prince et réussir le concours d’admission qui lui a valu le droit d’obtenir une reconnaissance juridique et administrative du corps pour étudier. De février 2014 à aujourd’hui la date de sa prestation de serment, elle est donc avocate de profession du barreau de Port-au-Prince.

Organisatrice des conversations Essenti’elles(Série de rencontres-débats autour de la problématique du genre en Haïti qui réunit des centaines de personnes), Sylvain Joseph est détentrice d’un Master en Droit Public général d’une Université française de 2011 à 2012. Venue au monde par des parents originaires de l’Artibonite et Du Cap-Haïtien, Johanna a une militance remarquée et remarquable au pays pour avoir dû batailler pour l’application du quotas de 30% des femmes dans l’étendue des institutions républicaines d’Haïti.

Les 35 jeunes retenus suivant leur influence dans les différentes catégories (action, implication, engagement et autres) soit dans le social, l’entrepreneuriat et réalisations personnelles ou de groupes où la personne est un leader, ont été choisis par un collège de 20 ou 23 jury. Une importante cérémonie de remise des prix aux lauréats dans leur secteur respectif sera organisée le 9 novembre prochain à Abidjan en Côte d’ivoire, capitale économique du pays. Une soirée autour du thème << inspiration francophone>> en honneur des lauréats pour venir expliquer leurs parcours et leurs réalisations au grand public sera ordonnée le 10 novembre. La population haïtienne aura la possibilité de voir en direct la finale grâce à la chaîne YouTube du concours ou sur la page Facebook. Dit-elle lors de notre entrevue.

Interrogée autour des moyens de financement pouvant la secourir à effectuer le voyage en novembre à Abidjan, une ville située au Sud de la Côte d’ivoire et possédant une population de 4 707 404 habitants, la finaliste préfère de ne pas précipiter car elle attend les supports. De Haïti pour aller à Abidjan, ça va lui coûter au moins 2500 euros(prix billet aller et retour depuis juillet).

Donc le pays espère beaucoup de Johanna Sylvain Joseph, une jeune qui investit presque tout son temps à défendre les intérêts de sa classe et de son genre.

RICHEMOND Johnson
@richemond85

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils