Publicités
Richmond Johnson 10 octobre 2019

À peine crée, la commission de sept membres de la présidence qui devrait planifier le dialogue entre les opposants politiques et le chef de l’État haïtien Jovenel Moïse, commence déjà à essuyer de nombreuses critiques dans l’opinion publique.

Si quelques composantes de cette commission qualifiée de mort-née par l’aile dure de l’opposition politique essayent de définir les différentes lignes suivantes lesquelles les discussions seront basées, les acteurs en face ont préféré de mettre le cap sur la démission de Jovenel Moïse en annonçant la grande journée de mobilisation du vendredi 11 octobre 2019.

En effet, l’ancien président de l’Assemblée nationale à la 49e législature, Dieuseul Simon Desras a déclaré à propos de Jean Rodolphe Joazile en sa qualité d’ancien membre des Forces armées d’Haïti qu’il n’a pas le droit d’accepter de faire partie de cette commission à un moment où toutes les conditions sont réunies pour que Jovenel Moïse donne sa démission.

“Connaissant Jean Rodolphe Joazile et son parcours dans la vie publique, mon ami de longue date, il a fait le mauvais choix”, a lâché l’ex-candidat à la présidence d’Haïti qui pense que l’ancien président de l’Assemblée nationale, Jean Rodolphe Joazile devait lui consulter avant même d’accepter la demande de Jovenel Moïse car dit-il, le président partira’

S’agissant de la présence d’Evans Paul dans cette commission, Dieuseul Simon Desras a avancé pour dire que l’ancien premier ministre haïtien qui s’est convertit en membre du PHTK ne peut rien faire pour Jovenel Moïse à cette phase de la lutte car pense-t-il, Evans Paul ne pourra jamais convaincre les leaders de l’opposition.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils