Publicités
Richmond Johnson 9 janvier 2020

Intronisé à la tête de la direction générale de l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC) en décembre dernier, Me Claudy Gassant a affirmé avoir reçu des nombreuses menaces provenant de la part des parlementaires haïtiens qui seraient impliqués dans des actes de corruption.

Invité à épiloguer au micro de la Radio Magik9 ce jeudi matin, le directeur général de l’ULCC Me Claudy Gassant a avoué que des parlementaires haïtiens qui font l’objet des actes de corruption et de la contrebande sur les différentes lignes frontalières l’ont menacé pour avoir décidé d’enquêter sur les faits ayant rapport à la vie de l’administration publique.

“Depuis mon installation à la tête de l’institution, je ne cesse de recevoir des menaces de la part de nos parlementaires dont leurs noms ont été cités dans des actes de corruption. Ces menaces m’obligent à changer le lieu de mon hébergement.”, a déclaré le directeur général de l’ULCC.

D’un autre côté, en dépit d’un budget de 184 millions alloués à cette institution chargée d’enquêter sur les faits faisant objets des actes de corruption, l’ancien commissaire du gouvernement près du Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince promet d’enquêter sur les différents élus qui seraient portés candidat lors des prochaines élections.

“Au sein de la direction générale de l’ULCC, nous allons déployer tous nos efforts nécessaires pour essayer d’enquêter sur plusieurs autorités politiques du pays qui seraient portés candidat lors des prochaines élections. Pour y participer, ils devraient en doter d’un certificat émanant de l’ULCC.”, a poursuivi celui qui avait qualifié le président Jovenel Moïse d’immorale.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils