Publicités
Richmond Johnson 18 février 2020

Suite à l’incendie éclaté à un centre d’accueil à Fermathe, jeudi dernier, dans la commune de Kenskoff, où 15 enfants ont été brûlés, le “Konbit Ayisyen pou Lojman Altènativ Kay La” par l’entremise de son coordonnateur général, Renel Sanon, invite les parents des enfants victimes à porter des plaintes contre l’État pour négligence et surtout contre le propriétaire de l’orphelinat.

Selon le coordonnateur général KAY LA, Renel Sanon, la directrice de l’IBERS, Ariel Jeanty Vulbrum a clairement affirmé avoir retiré en 2013, l’autorisation de fonctionnement de ce centre d’accueil qui n’a pas le droit d’oeuvrer dans le pays. Face à cette situation où le Ministère des Affaires Sociales et du Travail(MAST), de l’institut du Bien-être Social(IBERS) ont failli à leur mission d’agir dans cette sphère d’activité, les familles de la victime doivent porter des plaintes formelles par devant la justice contre l’État haïtien, les responsables des églises chargées de s’occuper des orphelinats en Haïti.

“Nous invitons les parents des enfants victimes à porter plainte contre l’Etat haïtien pour des négligences portées à l’encontre de ces enfants en acceptant à un centre d’accueil de continuer de fonctionner alors que son permis de fonctionnement a été retiré depuis 2013. Cela laisse croire que certains hommes de l’État haïtien se cachent derrière cet orphelinat ayant à leur tête un américain comme propriétaire. Ce dernier doit-être cité en justice par les familles des victimes.” A-t-il déploré tout en critiquant le président Jovenel Moïse qui selon lui, a préféré d’aller participer au carnaval de Jacmel en lieu et place de se solidariser avec les familles des victimes de l’incendie.

D’un autre côté, le coordonnateur de “KAY LA” a accusé l’ambassade des États-Unis en Haïti et de l’USAID qui selon lui, ont intimé de l’ordre aux autorités haïtiennes pour laisser fonctionner ce centre d’accueil contenant plus de deux cents enfants alors que son permis de fonctionnement avait été retiré en 2013.

Pour Renel Sanon qui s’est montré confiant quant à l’idée de voir de hauts fonctionnaires de l’État haïtien impliqués dans les démarches permettant à cet orphelinat de continuer à fonctionner, il a rappelé certaines pratiques du fonctionnement des différents centre d’accueil du pays où des enfants haïtiens auraient été trafiqué-e-s, violé-e-s par leurs responsables sous complicité des autorités haïtiennes.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils