Dans le cadre des accusations de viol sur une mineure de 14 ans dans la localité de Grand Vincent dans la commune de Roseaux, le Pasteur Onold Petit, incarcéré à la prison depuis avril 2018, a été libéré ce mardi 16 juillet sous la décision du juge du tribunal criminel de Jérémie, Jean Baptiste Louis.

Lors du début cette semaine des assises criminelles sans assistance de jury au tribunal de première instance de Jérémie, le juge du tribunal criminel de cette juridiction a ordonné avec effet immédiat, la libération du pasteur Onold Petit, accusé d’avoir commis un viol sur une mineure de 14 ans qui par la suite, a accouchée un enfant que les résultats des tests ADN ont révélé progéniture du pasteur incarné à la prison en attendant l’ordonnance du juge d’instruction qui l’avait envoyé par devant le tribunal criminel pour être jugé.

Face à cette situation qualifiée de “Scandaleuse”, l’Office de la Protection du Citoyen (OPC) par l’entremise de son protecteur Renan Hedouville, est monté d’un cran pour dénoncer avec stupéfaction, le comportement du juge Jean Baptiste Louis Jean qui a remis le pasteur en liberté sans prendre en charge les pièces à conviction qui ont révélées l’implication du pasteur dans ce dossier. Pour cette institution publique, la justice haïtienne continue de fonctionner avec trop de légèretés en dépit des indices irréfutables soumis par le juge d’instruction Rosny Saint-Louis, qui s’était chargé de conduire les instructions relatives à cette affaire.

« Cependant, en dépit des preuves irréfutables versées dans le dossier dont les certificats confirmant le viol, la confirmation du test ADN et l’acte d’engagement dument signé de l’intéressé et authentifié par un notaire, le Juge Jean Baptiste Louis Jean a décidé de passer outre de ces pièces à conviction en ordonnant la libération immédiate de l’accusé. », dénonce l’office de la protection du citoyen qui dit avoir constaté que ces décisions continueront à ternir l’image de la justice haïtienne et de renforcer la recrudescence du phénomène de l’insécurité dans la société haïtienne.

L’office de la protection du citoyen exhorte sans condition, les autorités du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire et le Ministère de la Santé Publique et de la Population de prendre de nouvelles mesures sans relâche pouvant permettre à diligenter une enquête sur ce dossier brûlant pour déceler les dessous de cette libération suspecte.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.