La situation difficile que confronte les haïtiens avec la montée du dollar américain, la dépréciation de la monnaie nationale, le taux de l’inflation qui grimpe à grand pas et le chômage qui torpille, poussent les parents des écoliers haïtiens à prendre une nouvelle voie dans la façon dont les directeurs d’écoles ont décidé d’augmenter les frais de scolarité chaque année.

Face à cette situation sombrante, plusieurs parents des écoliers haïtiens ont décidé de saisir le parquet de Port-au-Prince cette semaine pour déposer plus d’une centaine de plaintes contre des directeurs d’écoles qui ont décidé de façon unilatérale sans consulter les lois relatives à cette affaire, d’augmenter à grande échelle les frais de scolarité au début de chaque année académique.

Confrontés à la situation économique désastreuse du pays, ces parents ont déposé des plaintes par le fait qu’une loi avait votée en 2009 au parlement et publiée le 3 janvier 2017 par l’exécutif de Jocelerme Privert relatif à la façon dont les directeurs des établissements scolaires devraient procéder pour revaloriser à la hausse les frais de scolarité.

Ayant constitué en homme de loi, le commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de Port-au-Prince, Me Paul Éronce Villard qui a confirmé l’information à la presse ce mercredi, ne peut donner aucune suite légale relative à ce dossier dit-il, en raison que les lois haïtiennes ont tracé le chemin que doivent parcourir les parents pour dénoncer légalement les directeurs d’écoles. Demandant en tout premier lieu à ces plaignants de déposer ces plaintes au ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle qui lui-même, va les acheminer au parquet de Port-au-Prince pour faire ce que de droit. A précisé le représentant de la société dans le judiciaire.

A l’approche de la fin de l’année académique 2018-2019 qui s’achève ce vendredi pour annoncer la nouvelle année scolaire, les parents se frottent les mains afin de s’en prendre aux nombreux directeurs d’institutions scolaires qui semblent vouloir déterminer à augmenter sans prendre en considération la loi proposée par l’ancien sénateur Kelly Claidor Bastien en 2009 et publiée le 3 janvier 2017 par le président provisoire Jocelerme Privert relative à l’augmentation des frais scolaires.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.