Dans son dernier rapport au conseil de sécurité de l’ONU sur la situation en Haiti, le secrétaire général des Nations Unies révèle que les Forces de Police haïtienne ont multiplié les initiatives en vue de rétablir la paix dans certains quartiers populeux de la capitale.

En raison de la recrudescence des activités des bandes organisées dans les quartiers de Grand Ravine et de Martissant de Port-au-Prince la Minujusth révèle que la Police a adopté plusieurs mesures visant à étendre l’autorité de l’État dans les zones où sa présence est minime et le terrain défavorable. « Les opérations policières ont été plus nombreuses, la visibilité des commissariats stratégiques de Port-au-Prince a été renforcée et les missions de police de proximité ont pu débuter. Face au regain d’activité des bandes organisées, le programme de lutte contre la violence au sein de la collectivité, par une approche participative, promeut des initiatives complémentaires pour réduire l’insécurité, encourager le dialogue en faveur de la paix et de la stabilisation, soutenir les collectivités et les institutions locales, et créer des activités génératrices de revenus, en partenariat avec des organisations locales et internationales qui interviennent déjà dans ces quartiers », précise le document.

La situation sécuritaire reste globalement contrastée, explique le rapport. « Les données de la Police nationale pour la période du 2 mars au 19 avril révèlent une tendance à la baisse continue des crimes violents, 56 homicides ayant été enregistrés, soit une diminution de 50 % par rapport aux 131 relevés au cours de la même période en 2017, dont la moitié ont eu lieu dans l’agglomération de Port-au-Prince. Le nombre des lynchages a également continué de diminuer, 8 cas ayant été rapportés dans l’ensemble du pays contre 15 au cours de la même période en 2017. »

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.