Publicités
Banacheca Pierre 9 avril 2019

La gazoline se vend à plus de 500 gourdes le gallon. De longs fils d’attente ont été constatés ce lundi dans les pompes à essence. En colère, des chauffeurs dénoncent ce qu’ils considèrent comme une politisation des produits pétroliers sur le marché local.

Encore ce Lundi 8 avril, la gazoline continue d’être un produit très achalandé par les automobilistes entre autres, dans la zone métropolitaine.
Les stations d’essence reçoivent des grandes foules venues se procurer le liquide précieux qui, selon les témoignages, est à la fois rare et plus couteux que d’habitude.

Cette rareté d’essence allume de la colère au sein de la population qui continue d’exiger aux autorités des mesures urgentes pour mettre fin à ce calvaire.

La solution à la rareté de carburant n’est pas pour demain

Le directeur du Bureau de Monétisation des Programmes d’Aide au Développement, BMPAD, Ignace Saint Fleur l’a dit à qui veut l’entendre. Invité à la rubrique L’invité du Midi, sur la RTVC, Ignace Saint Fleur révèle que seulement 75 mille barils de gazoline sont disponibles sur le marché pour le moment.

Une semaine depuis que la crise perdure, alors que les autorités peinent à trouver une solution. Une dette de plus 114 millions de dollars des compagnies pétrolières à l’Etat et une libération imminente du secteur pétrolier sont à la base de la crise de carburant qui perturbe le quotidien des citoyens.

Dans l’intervalle, des scènes d’altercations entre chauffeurs et passagers sont remarqués déjà dans plusieurs endroits de la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

Des chauffeurs décident délibérément de revoir à la hausse les prix de plusieurs courses de transport en commun. Le Syndicat de SOS Transport Fédéré accorde un ultimatum d’une semaine au gouvernement pour résoudre cette crise qui perdure.

 

Banacheca Pierre

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils