Carl Murat Cantave

 

Dans une note de presse datée du 21 juin 2019, le bureau du Sénat de la république conduit par le sénateur de l’Artibonite Carl Murat Cantave a exprimé son désaccord face à l’idée de rendre caduc le parlement, avouée par plusieurs secteurs de la vie nationale y compris des parlementaires.

 

La dissolution, le renvoi ou l’ajournement du parlement, vigie de la démocratie, sont strictement interdits par l’article 111-8 de la constitution en vigueur. Par conséquent, le bureau dit réprouve avec force et véhémence toute ou tout discours qui ose s’associer à un tel forfait, indique cette note de presse.

 

Le bureau du Sénat affirme qu’il endosse et proclame la position de la majorité des sénateurs qui condamnent toute approche en faveur de la non permanence du grand corps, tant que la constitution du 29 mars est encore debout.
Aussi, il invite les secteurs à se ressaisir et à se débarrasser de toute inclination à saper les bases des institutions républicaines et à salir l’image de la démocratie.

 

Rappelons que dans le document baptisé << l’alternative consensuelle pour la refondation d’Haïti >> pour l’après-Jovenel, présenté à la nation par une branche de l’opposition, la caducité du pouvoir législatif est recommandée, avec le départ de Jovenel Moïse.

Francky Belfort
belfort89@yahoo.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.