Nous avons entendu parlé dans l’histoire : de civilisations qui sont effondrées, ou de peuples exterminés à jamais de la surface de la terre, voire plus près de nous d’un immense continent enseveli sous les eaux ( l’Atlantide ) ; en Haïti, la probabilité pour qu’un jour l’on puisse parler du pays en mode passé (comme d’une population qui a survécu à une période donné, sur un bout de terre d’une Île de la Caraïbe) pourrait bien-être à un moment de notre vie se confirmer.

 

En effet, le pays se meurt à petit feu sous les yeux des responsables sans en être conscients. Qui pis est, l’incapacité des forces vives de la nation à proposer une solution dans l’intérêt de tous aux crises récurrentes que le pays connaît, tue tout espoir de voir dans un futur proche une Haïti meilleure. On pourrait penser que c’est un complot fomenter par nos Élites pour mettre à genou ce peuple qui ne veule que vivre et s’épanouir comme toutes les autres nations du monde.

 

Définitivement, il semble que nous serons pour longtemps mis au ban des nations à cause de l’incrédulité de nos dirigeants, qui rejettent tout idée de changement, et de leurs méchancetés à perdurer dans la corruption, dans la démagogie, ou dans la violation des droits de leurs propres citoyens.

 

Le plus grand drame du pays, ce n’est pas la misère criante, ni la recrudescence de l’insécurité presque partout sur le territoire, encore moins l’interférence de la Communauté internationale dans les affaires du pays, mais c’est l’absence d’un projet de développement réel pour sortir le pays de ce marasme économique qui a tant duré. Aucune volonté n’est manifestée en ce sens, les politiques en complicité avec certaines personnalités du secteur privé préfèrent monter des projets bidons afin de dilapider le peu de ressources publiques destinées aux pauvres, pendant que ces derniers ne savent à quel Saint se vouer.

 

Point n’est besoin d’évoquer ici l’état lamentable de nos Institutions, nous sommes dans la merde, avec cette politique de copinage pratiquée par l’Administration publique, où les Entreprises soit disant étatiques ne sont plus au contrôle des responsables de l’État, mais de préférence aux services de certains particuliers, potentats, qui ne vivent qu’aux dépend des maigres ressources du pays. Les pays dit amis d’Haïti eux sont lassés par les comportements irresponsables de nos élus. Aujourd’hui ils mettent à la disposition du pays de moins en moins de moyens nécessaires à son développement. Pour un pays considéré comme le plus pauvre de l’hémisphère c’est une honte de ne pas pouvoir avoir accès à de fonds digne de ce nom pour endiguer cette crise permanente en Haïti. Surtout que nos autorités dans ce domaine ont mauvaise presse. En effet, en matière de gestion de fonds d’aide au développement concédé par l’international, nos responsables n’ont pas toujours la confiance aveugle de leurs bailleurs.

 

Le pays aujourd’hui fait face à son avenir. Il cherche son salut. Aujourd’hui plus que jamais les politiques doivent le comprendre. Il faut qu’ils changent la manière de gouverner, sinon fini le rêve d’un pays pour tous. Au contraire, nous serons obligés de réfléchir à un autre territoire où il ferait bon de vivre; car peut-être qu’un jour il n’y aurait plus d’espace, ni de système de gouvernances, ni de peuple, ni d’argents public pour faire de la jouissance. Parce-que tout ça ne serait que du passé.

 

Ralph Thierry Cadet (journaliste, et juriste)
E-mail :ralphthierrycadet@yahoo.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.