Publicités
Marvens Sénèque 10 mai 2020
CP: Jean Bernard Prinvil, Presslakay

Les annés 2000 marquent le début d’un nouveau siècle, qui est celui du 21 éme. Malgré les péripéties des siecles précédents, Haïti continue son existence étant que territoire, ayant un État libre et independant à l’oeil nu dans les feuilles. La plupart des habitants de cette terre ne cessent de se poser des questions sur cette liberté et indépendance physique acquise depuis 1804, avec beaucoup de question ayant rapport à la psychologique ou mentale. Pourquoi au 21ème siècle, pour plus d’un des habitants du territoire, ils le considèrent comme la République (pays) des esclaves?

D’une part, qu’être libre c’est le fait d’avoir le pouvoir d’agir, ou de ne pas agir en d’autre terme c’est d’avoir le droit de faire tout ce que l’on désir. Déjà 19 ans écoulé au 21ème siècle, Haïti n’a pas su suivre ses premiers pas du debut du 19ème siecle. Avec un dénigrement sans pareil sur la scène internationale, elle ne fait que se cogner la tête au mur de l’enfance. Dépendante des autres pays, elle ne peut decider et faire valoir ses droits, prendre la parole pour se défendre face au grande puissance de notre temps.

L’international décide tout, la vie politique est abandonée par les hommes de valeur, afin que les non-capables règnent en seigneurs. Le blanc a toujours le dernier mot, d’où le droit d’agir ou ne pas agir repose essentiellement sur ce que dit le chef, avec ses yeux bleux, gris et une peau de couleurs. Les hauts parleurs sont pour le peuple, la langue est retournée face à la bourgeoisie étrangère arrogante et crasseuse. Si, pour être libre, il faut avoir le droit de faire ce que l’on désir, Haïti est loin d’être libre.

D’autre part, être independant c’est de ne pas être dépendant d’un autre. Dans ce 21éme siècle Haïti est plus dépendante que jamais. Sur le plan alimentaire avec une économie moribond qui dépend des organismes économiques internationaux. Un pays qui ne possède pas de production nationale à grande envergure avec une vie économique plus ou moins stable. On ne peut pas parler d’indépendance. Logiquement, c’est la dépendance pure et simple.

Un pays qui ne peut agir et decider de son sort, avec des dirigeants corrompus et enfants de l’international. Un État qui travail avec et pour les pays étrangers aux détriments de son peuple n’est rien qu’un État des esclaves en plein 21ème siecle.

Marvens SÉNÈQUE
marvensseneque0@gmail.com
Twitter: @Marvensseneque1
PRESSLAKAY

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils