Haiti-Alerte: La FAO alerte sur plusieurs pays dont Haïti

Les crises en Afghanistan, au Bangladesh, en Haïti et dans la région du Sahel parmi les plus sous-financées.

Un nouveau rapport de la FAO tire la sonnette d’alarme sur certaines des crises les plus sous-financées au monde et qui face à de nouveaux chocs requièrent une réponse humanitaire et une aide agricole d’urgence. Selon l’agence des Nations Unies, sans le financement nécessaire, de nouveaux défis tels que des sécheresses, des inondations, des saisons maigres ou encore des conflits pourraient entraîner des millions de personnes vers de graves souffrances liées à la faim et vers une situation d’insécurité alimentaire, menaçant par ailleurs leur bien-être, leurs vies et leurs futurs.

Les responsables de la FAO sont notamment préoccupés par la saison cyclonique en Haïti. Sans une aide urgente visant à soutenir les moyens d’existence agricole, il existe un risque que la situation ne se détériore de nouveau dans ces zones lors de la seconde moitié de l’année 2018 avec notamment une hausse de la faim et des besoins humanitaires.

Dans certains de ces pays, le financement reçu et destiné à mettre en œuvre des actions humanitaires visant à soutenir les moyens d’existence n’a pas réussi à répondre à leurs besoins.

Pour ces crises extrêmement sous-financées, la FAO a besoin de manière urgente de 120 millions de dollars pour pouvoir atteindre 3,6 millions de personnes pendant les derniers mois de l’année. Dans l’ensemble, la FAO a reçu moins de 30 % des 1 milliard demandé en début d’année, une somme censée répondre aux besoins urgents de 33 millions de personnes à travers le monde.

Pour certaines crises, la FAO a seulement reçu 6 pour cent de la somme requise, favorisant une situation de faim aigüe pour des millions de personnes. « Nous devons agir maintenant afin de pouvoir mettre en œuvre de manière urgente des interventions visant à soutenir la sécurité alimentaire et les moyens d’existence afin de sauver les vies des populations, de protéger les moyens d’existence et de renforcer leur résilience face aux futures crises. Avec l’aide de nos partenaires ressources, nous pouvons éviter une nouvelle aggravation de la sécurité alimentaire dans certaines des crises les plus négligées de 2018, » a déclaré Dominique Burgeon, Directeur de la Division Urgence et réhabilitation de la FAO et du Responsable du programme stratégique sur la résilience.

La fourniture de semences végétales et légumières, d’outils et de nourriture pour les animaux, la réhabilitation des points d’eau et des infrastructures hydriques, des campagnes de vaccination animale, des soins de santé pour les animaux, des conseils pour une meilleure gestion de l’eau et des sols, des transferts monétaires et des programmes de travail contre rémunération feront partie de la réponse d’urgence de la FAO dans les pays affectés.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.