Publicités
La Redaction 31 décembre 2019

Les avocats du Cabinet MAISONNEUVE & ASSOCIÉS et du Collectif des Avocats pour la Défense des Droits de l’Homme (CADDHO), maîtres Marc-Antoine Maisonneuve, Arnel Remy, Nathalie Delisca et tant d’autres avocats envoyés par maître Danton Leger, ont été, ce lundi 30 décembre 2019, à Petit-Goâve dans le but d’entreprendre des démarches visant la libération des militants.

Ils s’y étaient rendus dans le cadre d’une action en habeas corpus intentée en faveur des prisonniers politiques, Patrick Cesar, Jackito Moïse, Jérôme Guerrier et Sainsoit Louis Charles arrêtés illégalement depuis le 18 novembre 2019 pour incendie, association de malfaiteurs, actes de vandalisme qui auraient été commis le 17 octobre 2019. Donc, tous les mandats émis par le commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de Petit-Gôave contre ces combattants en date du 18 novembre 2019 sont illégaux, car le délai de fragrance avait été expiré et le commissaire n’était pas autorisé à décerner des mandats d’amener (ref. Art 30 du Code d’instruction criminelle). Les avocats ont bel et bien plaidé l’habeas corpus, le commissaire du gouvernement ne s’est pas présenté à la barre et le doyen du tribunal a prétendu être dans l’impossibilité de se prononcer sur l’action.

Enfin, les avocats ont promis qu’ils reviendront rapidement à Petit-Goâve pour la poursuite de l’affaire et continueront à se battre pour obtenir la libération de tous les autres prisonniers politiques.

Maître Marc-Antoine Maisonneuve, avocat initiateur de la bataille pour la libération des prisonniers politiques.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils