Publicités
Richmond Johnson 9 juin 2020
Image d’illustration montrant un professeur en salle de classe. CP:haitisupportgroup.org

Depuis l’annonce le 19 Mars dernier des deux premiers cas de contamination du Coronavirus en Haïti, les portes des écoles privées et publiques sur l’ensemble du territoire national sont restées fermées sous la décision du président Jovenel Moïse. Les enseignants et personnels de soutien des institutions scolaires privées sont plongés dans une situation de chômage sans précédant. Certains d’entre eux ne savent à quel saint qu’ils doivent s’adresser pour leur venir en aide car, ils n’ont que l’enseignement comme profession.

Alors que le président Jovenel Moïse quelques jours après la fermeture des établissements scolaires dans le pays a annoncé l’arrivée imminente d’une assistance économique pour les enseignants des institutions privées. 100.000.00 gourdes étaient annoncées pour les écoles ayant les deux premiers cycles fondamentaux et 200.000.00 gourdes pour ceux qui comptent les trois cycles. Jusqu’ici rien n’est encore fait en ce qui a trait à l’alimentation des comptes bancaires des institutions scolaires privées annoncée à la mi-mai par Jackson Pleteau.

Le ministre de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle(MENFP) Pierre Josué Agenor Cadet avait annoncé la disponibilité d’une enveloppe de cinq cents millions de gourdes au ministère de l’économie et des finances. Ce dernier a la responsabilité de faire la distribution aux directeurs des écoles privées qui à leur tour seront chargés de payer leurs enseignants.

À la fin du mois d’avril dernier, on a assisté à de longues file d’attente devant les succursales de la BNC et de la DGI où le gouvernement haïtien par l’entremise du ministère de l’éducation nationale a exigé à tout directeur d’école privée de se conformer tout en ayant une patente et un compte bancaire du nom de son établissement scolaire respectif avant de recevoir l’assistance. Ce qui a été fait par beaucoup de directeurs sous prétexte qu’ils bénéficieront réellement la subvention promise par le chef de l’Etat haïtien, Jovenel Moïse qui ne s’arrête plus de faire des promesses.

Pour des directeurs d’école questionnés à ce sujet, le gouvernement haïtien n’a aucune volonté réelle pour assister les écoles privées comme laisse entendre le président Jovenel Moïse. Selon le pasteur Chérilus Wilkens qui est également propriétaire d’une institution scolaire portant son nom aux Gonaïves, la subvention annoncée par le locataire du palais national ne va rien faire pour son école qui compte dans ses rangs 81 professeurs et personnels de soutien. Selon lui, avec 200.000 mille gourdes pour une institution scolaire ayant les trois cycles fondamentaux, cela va créer une situation de tension entre les directeurs et les enseignants car ils ne vont pas recevoir l’équivalent de ses salaires.

“Honnêtement ça va créer des problèmes entre les directeurs et les enseignants. Cela paraît plus qu’une évidence. En tant que directeur d’une institution scolaire, en recevant cette enveloppe, je ne saurai quoi faire avec en tenant compte du niveau d’emploi de mon institution qui compte 81 professeurs et personnels de soutien. Ce sera un mouvement d’agitation entre les directeurs et les enseignants.” Prévient le pasteur Chérilus Wilkens.

Questionné par notre rédaction au sujet des 100.000.00 gourdes promises par le MENFP pour une institution scolaires ayant les deux premiers cycles fondamentaux, un directeur d’école dans la ville des Gonaïves qui requiert de l’anonymat a parlé d’une façon utilisée par l’État haïtien pour affaiblir les institutions scolaires privées. “Dans un contexte socio-économique combien difficile, le gouvernement haïtien dit avoir déjà dépensé des dizaines de millions de dollars américains dans lutte contre la Covid-19 pour des résultats insignifiants. Ils n’ont pas respecté les institutions scolaires privées. Que va faire un directeur d’école privée avec 100.000.00 gourdes? C’est une décision bien reflechie de la part du pouvoir en place pour éradiquer les écoles privées en mettant face à face les enseignants et les directeurs.” A critiqué ce directeur d’école privée qui est aussi coordonnateur complet d’une école nationale dans la cité de l’indépendance.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils