Publicités

Moins d’une semaine après avoir érigé des camions à l’entrée Sud de la ville des Gonaïves pour protester contre l’État central pour n’avoir pas payé les 15 mois de travail dans le cadre du programme Caravane changement, les travailleurs du Ministère des Travaux Publics, Transports et de Communication (MTPTC) de la direction départementale de l’Artibonite, ont une nouvelle fois, bloqué la route nationale numéro un menant au centre-ville de la cité de l’indépendance ce lundi 26 Août 2019.

Il était neuf heures du matin lorsque des individus bien identifiés qui protestaient contre les responsables du programme Caravane changement au sein du département de l’Artibonite, ont mis des barricades avec des engins lourds, des camions de sables et empêché la circulation à hauteur de Pont-Gaudin à l’entrée Sud de la ville pour bloquer la circulation.

Ces protestaires ont exigé le paiement des 15 mois d’arriérés de salaire pour des travaux fournis dans le cadre de ce programme lancé par le président de la république Jovenel Moïse, le 1er Mai 2017 à l’occasion de la journée mondiale du travail et de l’Université. Ils n’entendent pas baisser les pavillons tant que les responsables n’ont pas répondu à leurs revendications.

Questionnés par notre agence qui s’était rendue sur place pour constater l’ampleur de ce mouvement revendicatif débuté il y a une semaine, ces travailleurs ont déclaré que la rentrée des classes approche à grande échelle et ils n’ont rien jusqu’ici pour préparer leurs enfants à regagner le chemin de l’école. Face à cette situation, ils ont promis de bloquer par tous les moyens du monde, l’entrée et la sortie de la quatrième ville du pays pour contraindre au MTPTC de leur payer les 15 mois de travail.

Vers les trois heures de l’après-midi, les forces de l’ordre ont essayé de maîtriser la situation et débloquer la circulation et permettre aux conducteurs des automobiles et passagers de circuler.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.