Dans la nuit du samedi 30 novembre à dimanche 1er décembre 2019, au moins six personnes ont trouvé la mort par balles et trois blessées enregistrées à Mariani dans la commune de Gressier, département de l’Ouest du pays.

Si les circonstances entourant les blessures et la mort de ces citoyens haïtiens n’ont pas encore révélé officiellement, cependant l’un des leaders de l’opposition politique, Me André a assimilé cet acte qu’il qualifie de massacre au pouvoir de Jovenel Moïse.

Participant à une conférence de presse hier dimanche pour faire état de la situation actuelle du pays, ces citoyens ont été victimes suite à une affaire arrangée entre un policier, un Asec du PHTK, un véhicule de la police nationale d’Haïti et un bandit(Palagrenn ainsi connu)
au moment où ils s’apprêtent à participer à une rencontre pour la relance de mobilisation pour réclamer la démission de Jovenel Moïse, a fait savoir André Michel.

“La machine criminelle de Jovenel Moïse continue de tuer nos frères et soeurs. Ce qui s’est passé à Mariani est une action du pouvoir de Jovenel Moïse. Après les massacres de La Saline, de Tokyo, de Carrefour-Feuilles et du Bel-Air, Jovenel Moïse, a intimé l’ordre à ses assassins de massacrer la population civile qui réclame sa démission. Nous déplorons énergiquement ce qui s’est passé et le sang de nos frères et soeurs ne doivent plus continuer à couler ainsi.”, à déploré Me André Michel.

Selon lui, l’action s’est déroulée aux environs de neuf heures du soir et les présumés assassins ont eu le temps de prendre la fuite après avoir commis ce forfait.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.