Publicités
Richmond Johnson 6 février 2020

Dans le cadre d’un programme visant à réinsérer des enfants en conflit avec la loi en Haïti, la Fondasyon Zanmi Timoun a lancé un nouveau projet ce mardi dans la capitale haïtienne où quatre juridictions auront à bénéficier sur une période de douze mois.

Lors de la présentation de ce nouveau projet lancé en partenariat avec les avocats sans frontières du Cadana, les responsables de la Fondasyon Zanmi Timoun ont fait état de la situation des mineurs qui sont accroupies soient à la prison pour purger leurs peines ou à la détention préventive prolongée en attente d’une décision de justice.

Pour Guilande Mesadieu coordinatrice de la Fondasyon Zanmi Timoun, ce projet qui vise à appuyer la réinsertion des enfants victime du système pénitentiaire, s’inscrit dans le cadre des démarches visant à apporter des assistances juridiques aux enfants en conflit avec la loi en Haïti.

Selon la coordonnatrice, à la fin du projet, 100 enfants seront bénéficiés des assistances juridiques, 60 d’entre eux auront l’accès d’apprendre un métier pour répondre à leurs besoins et ce projet sera effectué pendant une periode douze mois à travers quatre juridictions du pays dont Saint-Marc, Croix-des-Bouquets, Port-au-Prince et Mirebalais.

“Les enfants qui sont en conflit avec la loi sont aujourd’hui l’une des priorités de la Fondasyon Zanmi Timoun de l’amélioration de la situation et leur détention jusqu’à leur libération. Et aussi, la Fondasyon Zanmi Timoun s’engage dans le cadre de ce projet à faciliter leur réinsertion sociale. À travers ce projet, nous avons prévu d’organiser des séances de sensibilisation dans les zones où sont issus les détenus.” A expliqué la coordonnatrice de la Fondasyon Zanmi Timoun.

Présent lors de la présentation de ce projet, Molière Darius, l’inspecteur du centre de réinsertion des mineurs en contravention avec la loi(CERMICOL), s’est dit réjouit des démarches de la Fondasyon Zanmi Timoun qui vise à faire avancer les dossiers des mineurs en prison et surtout des suivis postcarcel. Pour lui, d’après une étude réalisée par le docteur Junot Joseph, ces enfants détenus sont pour la plupart issus des familles défavorisées.

Selon les chiffres fournis par l’inspecteur Molière Darius, 216 mineurs sont actuellement en conflit avec la loi, 9 fillettes sont en détention préventive prolongée, 34 sont condamnés et 173 sont en attente d’un jugement de la justice haïtienne.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils