Publicités
Pierre Jn Miguel 9 juin 2018

 

Écrasants vainqueurs des Cavs (4-0), les Warriors, qui sont allés l’emporter 108-85 vendredi soir à Cleveland, conservent leur titre NBA et sont sacrés pour la troisième fois en quatre ans.

 

LeBron James n’a rien pu y changer. Stratosphérique depuis le début des playoffs, il a dû de nouveau s’avouer vaincu en Finales NBA face aux Warriors, titrés pour la troisième fois en quatre ans. Et toujours face au même adversaire, qui est venu s’imposer 108-85 à la Quicken Loans Arena vendredi soir.

 

Vainqueurs 4-0, les joueurs d’Oakland sont les premiers à réaliser un «coup de balai» à ce niveau depuis 2007 et le succès 4-0 des Spurs face aux Cavs de… James, qui disputait alors ses premières Finales. Celui qui a tout de même remporté trois bagues de champion, la dernière en 2016 après avoir été mené 3-1 par Warriors, a ensuite avoué avoir disputé les trois dernières rencontres avec une main cassée !

 

La conséquence d’une fin de premier match particulièrement frustrante, où les joueurs de l’Ohio auraient pu l’emporter en Californie sans une bourde monumentale de JR Smith. Reste que ce Game 1 n’aurait peut-être pas changé grand-chose à l’issue de ce nouvel affrontement entre ces deux équipes, tant «LBJ» s’est retrouvé bien seul face à l’armada californienne.

On avait plus de talent qu’eux

Steve Kerr

Car s’il finit avec 23 points, 8 passes et 7 rebonds, Kevin Love (13 points et 9 rebonds) a été le seul autre joueur de Cleveland à dépasser les 10 points, un total atteint par Smith et Rodney Hood, qui aurait peut-être dû se voir donner une nouvelle chance plus tôt. Ce sera sans doute l’une des (nombreuses) raisons citées pour critiquer Tyronn Lue. Un entraîneur à l’avenir plus qu’incertain, tout comme James, qui a passé les 4 dernières minutes sur le banc et devrait maintenant tester le marché.

A Oakland, l’avenir est, au contraire, radieux après ce sixième sacre qui permet aux Warriors d’égaler les Bulls au palmarès. Le noyau de l’équipe est encore relativement jeune, à l’image de Stephen Curry (30 ans) et Kevin Durant (29 ans), les plus en vue vendredi, alors que Draymond Green (9 points et 9 rebonds) a bien failli enregistrer un nouveau double-double. Curry (37 points) termine meilleur marqueur du match, alors que «KD» (20 points, 12 rebonds et 10 passes), décisif au match précédent, est lui désigné MVP des Finales pour la deuxième année consécutive.

“On avait plus de talent qu’eux. Et c’est le talent qui gagne dans cette Ligue”, reconnaissait après-coup le toujours très pondéré Steve Kerr. Un coach des Warriors qui avouait également que ses hommes, après avoir parfois pioché en saison régulière et grandement souffert en finale de conférence contre les Rockets, auront vécu leur saison “la plus difficile et la plus inconstante”. Même s’il aimerait, probablement, qu’elles se terminent toutes ainsi…

Pierre Jean Miguel

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils