Publicités
La Redaction 1 avril 2020

Mise en place par le président de la république, Jovenel Moïse, pour rassembler les différents secteurs de la vie nationale autour d’une même table pour dialoguer sur les différents problèmes que confrontent le pays, la structure États Généraux Sectoriels de la Nation (ESGN) n’a pas duré plus de dix mois et allait remplacer par une autre structure de même mission portant le nom de Comité de Facilitation de Dialogue Inter-haitien. Depuis, plusieurs employés de l’ESGN continuent d’exiger à l’état haïtien de leur payer les six mois d’arriérés de salaire. Dans une note acheminée à la rédaction portant la signature de plusieurs employés, ils demandent au nouveau gouvernement installé de prendre les mesures urgentes et nécessaires pour répondre à leurs revendications. Ci-dessous, voici l’intégralité de la note.

Nous, citoyens et citoyennes, engagés par le Secrétariat Technique des Etats Généraux Sectoriels de la Nation (EGSN), exigeons de l’Etat haïtien le paiement de six mois d’arriérés de salaire.

Cela fait déjà une année depuis que le Cabinet du Président Jovenel MOISE a décidé de mettre un terme aux travaux des EGSN. Dans une correspondance au Secrétaire Exécutif des EGSN, datée du 6 mars 2019, le chef de Cabinet du Président de la République, Monsieur Nahomme DORVIL, a demandé au Secrétaire Exécutif des EGSN, le docteur Louis Naud PIERRE, de mettre fin au contrat de toutes les personnes et de toutes les entreprises engagées dans le cadre des travaux des Etats Généraux Sectoriels de la Nation. Depuis, aucune décision n’a été prise pour faciliter le paiement des Vingt-et-un (21) salariés de cette entité.

Le Secrétariat Technique des EGSN a pourtant produit un rapport final qui a été présenté non seulement au Président de la République mais aussi aux Représentants de la Communauté Internationale et à l’ensemble de la société haïtienne.
Alors que ce rapport a été très apprécié par divers secteurs de la vie nationale, les citoyens et citoyennes qui avaient contribué à son élaboration n’ont pas été rémunérés. Les démarches entreprises auprès des autorités concernées demeurent infructueuses.

La dégradation des conditions socioéconomiques du pays nous a beaucoup affectés. La plupart d’entre nous, au chômage depuis la fin des travaux des EGSN, n’arrivent pas à manger même une fois par jour, alors que nous avons une famille à nourrir, des enfants à envoyer à l’école.

Cette situation nous amène à nous demander comment l’Etat haïtien peut-il assurer la protection des ouvriers évoluant dans des entreprises privées s’il ne respecte pas, lui-même, les droits des personnes qu’il a engagées? La lutte contre l’injustice sociale ne doit pas rester au stade de discours.

Avec l’installation du nouveau Gouvernement dirigé par le Premier Ministre Joseph JOUTHE, nous, salariés des EGSN, demandons aux autorités compétentes de prendre des mesures urgentes afin de répondre à nos revendications. Et ce sera justice.

Signatures

Pierre Claude Samedi

Jean Louis Jacqueline

Douby Jeff st jean

Terlange Milot

Bien -Aime Peterson

Jean Maxime Morau

Nelson Langlois

St Germain serge

Saint Hilaire Rykaarde

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils