Publicités
Pierre Kevin 7 mai 2018




Facilitées par une filière solide de contrebande, ces matières plastiques nocives et catastrophiques pour les côtes caribéennes sont présentes de plus belle dans l’environnement haïtien.

 


Depuis bon nombre d’années , à travers toutes les rues de la capitale  et dans certaines villes de province du pays , l’insalubrité généralisée fait l’objet de préoccupation de plus d’un . Une situation qui se détériore de jour en jour , malgré les réflexions diverses qui ne cessent d’être produites autour de cette problématique .
Et si les objets en plastiques étaient à la base ?
Dans les ministères et agences étatiques, les ONG nationales et internationales, les institutions privées, les écoles et universités, les assiettes et gobelets en plastiques, bien qu’objets frauduleux au regard du code douanier, sont utilisés sans que nul ne hausse jamais un sourcil.

 


Étant donné ces plastiques sont générés par des humains , il est évident que son éradication n’est pas au-dessus du pouvoir de son générateur . Ce qui est important dans ce cas , c’est une prise de conscience et la responsabilité de tout un chacun . L’haïtien doit admettre qu’il fait partie de l’ensemble de l’environnement et que lui seul est responsable de l’état de son milieu dans cet environnement combien indispensable à la vie .

 



  Pierre Kevin

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils