CP: Bernard Prinvil, Presslakay

Si l’on se réfère au combat qu’il est entrain de mener contre l’impérialisme, le néocolonialisme Français et les pays occidentaux en faveur des pays de l’Afrique opprimés et le peuple noir en général. On peut en déduire qu’un nouveau défenseur de la cause des noirs s’émerge.

Stellio Gilles Robert Capo Chichi dit Kémi Séba, sensible à la cause des masses, entame , depuis la fin de 2016, un combat politique contre l’impérialisme, le néocolonialisme Français et la Françafrique. À ce combat, il enjoint celui mené contre la monnaie franc CFA dont il a publiquement brûlé un billet de 5000 francs pour exprimer sa colère face à cette devise.

Né en France, le 09 décembre 1981, de parents Béninois. Kémi Séba aurait reçu ses bases idéologiques au sein de l’organisation Nation of Islam (branche française). Activiste politique, anticolonialiste, il s’engage dans une lutte pour la revalorisation, la libération de la race noire. Il se fait connaître en France par la création de plusieurs organisations dont << Tribu Ka en 2004 et Génération Kémi Séba en 2007 >> qui ont été dissoutes par les dirigeants de la Vème république reprochant à Kémi d’être une menace, un agent de la violence et un prédicateur de la haine.

Accusé de tenir un discours de haine, d’être un agent de troubles à l’ordre public par les autorités françaises et des dirigeants de quelques pays de l’Afrique, Kémi Séba avait été emprisonné à plusieurs reprises soit en (2007, 2014 et 2017).

Outre les cas d’emprisonnement, il a été interdit de fouler le sol des pays tels: le Togo, la Guinée, le Sénégal, la Suisse et la Côte d’Ivoire etc.

Conférencier, Sociologue, auteur de plusieurs ouvrages (supra Négritude paru en 2013, Black Nihilisme en 2014 et Obscure époque en 2016), Journaliste politique depuis 2012, il a travaillé dans bon nombres des grandes chaînes de télévision africaine notamment 2STV, Vox Africa, Afrique TV où il fût directeur général, Gold TV Africa où il travaille actuellement.

À la tête d’une équipe, il a fondé en 2016, une organisation dénommée << Urgences Panafricanistes >> une ONG évoluant dans les domaines social et sanitaire destinée à voler au secours des africains se trouvant dans les coins et recoins du globe. En 2017 il a été désigné << personnalité la plus influente de l’année >> pour le continent africain.

Sa première visite en Haïti

Considérant Haïti, la terre de Dessalines, la première république noire indépendante du monde comme la mère de la liberté des noirs, la mère de la révolution. Kémi Séba a décidé pour la première fois au cours de l’année 2016 de fouler le sol haïtien pour une pèlerinage. Pour lier connaissance à la terre de la liberté. Il disait << Un Musulman, quand il veut aller en pèlerinage, il va à la Mecque ; Le Chrétien va au Vatican ; Un défenseur de la cause noire, quand il veut aller en pèlerinage, il va à Haïti. >>

Cette première visite, à entendre ses mots, lui a permis de trouver l’énergie nécessaire pour continuer de mener en revenant d’Haïti le combat contre le néocolonialisme Français, la françafrique et le franc CFA etc.

Sa deuxième visite en Haïti

Trois ans plus tard, le défenseur contemporain de la cause noire décide de revenir sur la terre de Dessalines.

Si sa première venue n’était pas très médiatisée, très annoncée, très attendue par le public haïtien en particulier la jeunesse. Cette deuxième visite en a été le contraire. Outre de son combat très suivi par cette jeunesse haïtienne. Les séries de conférences programmées pour son passage en Haïti est la raison qui fait allumer autant le projecteur sur sa venue.

<< Le Rôle de la jeunesse haïtienne pour la souveraineté économique et politique du peuple Dessalinien >> un sujet qui attire la curiosité. Compte tenu du contexte social, politique et économique du pays. Marquée depuis un certain temps par les mouvements de rues contre le pouvoir en place accusé de corruption, la lutte de la jeunesse haïtienne à travers le mouvement petrochallenge pour la reddition de comptes, contre la corruption et l’impunité.

Son arrivée en Haïti

Le dimanche 21 juillet 2019, le Franco-Béninois, Kémi Séba accompagné d’une délégation, débarque à l’aéroport international Toussaint Louverture. Il a été accueilli par des jeunes impliqués dans le mouvement petrochallenge, les organisateurs de sa tournée et des bandes de raras. Un bon paquet de bienvenue lui a été réservé.

L’objectif de sa visite est << de diffuser un message de solidarité à la jeunesse haïtienne et jeter les bases pour une révolution. >>
Gonaïves, Cap-haïtien, Jacmel, Léogane, etc. Kémi Séba lance le message de la révolution à travers des meetings.

Son meeting À Port-au-Prince

Le mercredi 24 juillet 2019, vient le tour de la jeunesse Port-au-Princienne d’échanger avec le révolutionnaire. Programmé dans un premier temps à l’auditorium de la faculté de médecine. Quelques heures avant, tout à basculer. Et, c’est au restaurant Café des Copains qu’allait se tenir ce meeting.

6h00 de l’après-midi, les quatre coins de Café des Copains étaient déjà remplis. Une foule composée de plus de 80 % des jeunes des deux sexes attendait Kémi Séba. En dépit d’un retard de plus d’une heure et demie dû à la préparation et l’arrangement de l’espace, de la sonorisation, le public assoiffé d’entendre le message contre la corruption, l’impunité, l’oligarchie et les élites qui détiennent à eux seuls la richesse du pays attend patiemment.

Entre temps, ils se rafraîchissent, se discutent, prendre des photos. Le meeting devient du coup une occasion de rencontre pour des anciens condisciples, des collègues etc.
7h45 du soir, la modératrice de la soirée passe la parole au très attendu Kémi Séba. Très acclamé par le public, il lance un << Ayibobo >> pour saluer l’auditoire.

Son message à la jeunesse

Ses premiers propos servaient à rappeler à l’assistance qu’haïti n’est pas seulement une boussole pour le peuple noir, c’est aussi une boussole pour toutes les populations qui ont été opprimées par l’impérialisme d’une manière générale.

Ses propos servaient egalement à rappeler que contrairement à ce que beaucoup peuvent imaginer, il n’est venu apporter son aide à Haïti, mais, précise t-il, c’est Haïti qui le nourrit pour qu’il puisse mener son combat pour son peuple partout dans le monde.

Il affirme avoir été lors de sa première visite, inspiré par l’empereur Jean Jacques Dessalines, qui est systématiquement diabolisé par l’historiographie occidentale et considéré comme un raciste, un extrémiste, un dictateur sanguinaire pour que de retour en France, lui et son ONG Urgences Panafricanistes pouvaient engager une grande résistance contre le néocolonialisme Français, l’impérialisme, la Françafrique et le franc CFA. Car, a t-il souligné, Dessalines avait pris ses responsabilités quand il le devrait et engager une révolution qui a donné de la fierté au peuple noir du monde entier.

<< Quelles sont ceux qui ont intérêt à ce que le pays soit paralysé dans le cadre de la violence ? >> Se demande Kémi Séba pour répondre à certaines personnes qui essayaient de le dissuader de venir en Haïti en raison de la vague de violence. Il se montre très amère contre les politiciens qui, lorsqu’ils sont en campagne promettent de grandes choses au peuple alors qu’après qu’ils se sont fait élire, ils sont devenus les apôtres de la corruption.

Parlant de ce fléau qu’est la corruption qui gangrène la société haïtienne. Kémi Séba, se référant au fonds petrocaribe, invite le peuple à se faire justice lui même si le système judiciaire ne peut pas arrêter les coupables. << Chavez, par sa reconnaissance pour le rôle qu’à jouer Haïti dans la libération du peuple noir a donné de l’argent. Mais où est-il passé? Est-ce que vous avez vu sa couleur ? >> Questionne t-il l’auditoire.

L’argent aurait dû être reçu pour faire le développement, pour servir à la création d’emplois et à la construction des routes. Mais plutôt que de servir le pays cet argent a servi à des personnes qui au par avant avaient des petites voitures à avoir des grosses voitures, a permis des hommes de la classe politique de posséder diverses immeubles, de grands hôtels, d’avoir des villas à Miami, un peu partout dans le monde etc.

Dans quel pays normal que vous voyez des gens qui vous dépouillent, qui vous volent un argent qui vous ait destinés et ces gens ce ballade dans des voitures de luxe et personnes ne les arrêtent ? Se demande t-il encore.
Ce discours tenu par Séba a été accueilli par le public qui, en signe de feedback se mettait à chanter << Mare yo, mare yo, mare yo, mare vòlè yo pou mwen. >>

Il appelle la jeunesse haïtienne à s’organiser, à se mobiliser pour libérer le pays des corrompus et les corrupteurs. Arguant que ceux qui volent l’argent du peuple ne doivent pas avoir facilement le sommeil. Là encore le public se mettait à chanter << ale w prale sexy oooo, ale w prale sexy oooo >> comme dans une manifestation de rue.

Le passage de Kémi Séba en Haïti au cours de ce mois de juillet 2019 peut-être considéré comme un coup de booster pour cette jeunesse qui, depuis environ une année, se montre vouloir verser dans une lutte contre la corruption, la misère, la mauvaise gouvernance qui rongent le pays depuis toujours. Une lutte contre la façon de faire, de voir la politique. Et une remise en question de la répartition des richesses du pays, accaparées par un petit groupe.

La jeunesse, les petrochallengers ont-ils reçu le message de la révolution diffuser par Kémi Séba ? Seront-ils capable de faire ébranler l’oligarchie ? Seront-ils capable de forcer la justice à mettre les dilapidateurs du fonds petrocaribe sous les verrous ? Seront-ils en mesure de les arrêter eux-mêmes comme l’a déclaré Séba ?

Kémi Séba a laissé Haïti le dimanche 28 juillet 2019, après passé 8jours à prononcer des conférences dans plusieurs grandes villes du pays autour du sujet intitulé : << le rôle de la jeunesse haïtienne pour la souveraineté économique et politique du peuple Dessalinien >>. Dans un message publié sur sa page Facebook, il a remercié le peuple haïtien de lui avoir été accueilli si chaleureusement. Et a rappelé et nous citons que << jamais le peuple noir ne se libérera tant que nous omettrons de placer Haïti au cœur de nos combats. >>

Francky Belfort
belfort89@yahoo.fr

S. combinées

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.