Publicités

Au milieu de la semaine dernière, le secrétaire d’État américain, Michael Pompeo, a soutenu dans les colonnes du Miami Hérald, la position des États-Unis d’Amérique qui exercent de fortes pressions sur le gouvernement haïtien pour organiser des élections cette année. La déclaration du diplomate américain a provoqué les réactions des leaders politiques du pays qui estiment que l’administration de Donald n’a rien maîtrisé dans ce qui est entrain de se passer en Haïti.

Intervenu à ce sujet ce dimanche au micro de la Radio Vision 2000, l’ancien sénateur de la république Paul Denis, actuel coordonateur du parti politique INIFOS, a qualifié “d’erreur” la dernière sortie médiatique du secrétaire d’État américain qui exige au président Jovenel Moïse de mettre le cap sur l’organisation des élections pour renouveler le personnel politique.

Selon l’ancien ministre de la justice et de la sécurité publique, il n’y a pas de climat pour organiser des élections dans le pays actuellement. Les américains semblent pas informer de la réalité actuelle d’Haïti.

“L’affaire des élections en Haïti c’est l’affaire des haïtiens et de ses dirigeants. Les autorités américaines ne sont pas informées de la réalité actuelle du pays. Pour avoir des élections dans le pays, il faut qu’il ait un climat et des conditions préalables. Avec l’instabilité politique, la faiblesse des institutions, la prolifération des gangs armés et la quantité d’armes en circulation sur l’ensemble du territoire national, des élections ne sont pas possible dans le pays. C’est une erreur grave de la part du gouvernement américain.” A déploré l’ancien candidat à la présidence de l’Organisation du Peuple en Lutte(OPL) qui reconnaît que le pays doit avoir des élections, mais pas avec cette dure et triste réalité.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.