Disparition d’au moins 50 fusils T-65 au palais national, les sénateurs vont passer à l’action

Armes a feu
Photo d’illustration pour l’article

Cité dans plusieurs rapports d’enquête de quelques organismes de défense des droits humains du pays qu’il aurait ordonné des massacres ayant causé la mort de nombreux individus dans le pays, le palais présidentiel ayant à sa tête Jovenel Moïse, a resurgi encore cette semaine cette fois-ci pas dans les médias pour des fais politiques mais plutôt dans l’enceinte de l’un des trois branches du pouvoir de l’État pour ceux qui révèlent la sécurité nationale.

Au cours d’une séance de convocation du haut état-major de la Police Nationale d’Haïti par la commission justice, de sécurité et de la défense nationale du sénat tenue ce jeudi à couvert, plusieurs grands dossiers relèvant la sécurité nationale ont été abordés et révélés par le Directeur Général de l’institution policière, Michel-Ange Gédéon. Selon les dires du DGPNH et rapportés par le président de cette dite commission au niveau de la chambre haute du pouvoir législatif Jean Renel Sénatus, au moins 50 fusils T-65 ont été disparus de façon éclaire au Palais national entre 2015 et 2016 sans pouvoir retracer l’origine de leurs chemins.

De l’avis de Michel-Ange Gédéon qui affirme à la commission sénatoriale avoir inventorié l’arsenal du palais présidentiel et verbalisé puis constaté la perte d’au moins 50 fusils T-65, il a confirmé pour les sénateurs qu’un “Galil” du modèle IWI ACE21, enregistré avec numéro de série 43100915, calibre 5,56 millimètres disparu et appartenu préalablement au Palais national, avait été répertorié le 2 décembre l’année dernière en pleine possession d’un chef gang à Port-au-Prince qui aurait été participé confie-t-il, au massacre de La Saline les 13 et 14 novembre dernier. Une mitraillette a été retrouvée au Jamaïque.

Selon certaines autres informations fournies par les autorités policières dominicaines au haut état-major de l’institution policière en Haïti qui les ont avouées à la commission sénatoriale ce jeudi, un autre fusil qui desservait la Police Nationale d’Haïti a été saisi en République Dominicaine au mois de juillet 2018 où il a été utilisé, selon Michel-Ange Gédéon lors d’une opération de cambriolage d’une banque de commerce.

Après ces nombreuses révélations du commandant en chef de la Police Nationale d’Haïti, le président de la commission de justice, de sécurité et de la défense nationale du grand corps, le sénateur Jean Renel Sénatus affirme à travers les micros des journalistes que le sénat de la république en collaboration avec la direction Générale de la PNH va rapidement mettre en branle une commission d’enquête sénatoriale pour retracer où est passé cette quantité de fusils d’assaut appartenant au palais national et qui s’est sèchement disparue. Le commissaire traite de gang certains hauts fonctionnaires de l’État haïtien.

Le sénateur du département de l’Ouest s’insurge une nouvelle fois contre l’attitude et le comportement déclare-t-il, de certains officiels de l’État qu’il a toujours dénoncé dans les médias pour leurs présumés complicité avec les différents chefs de gangs dans le pays. Dossier à suivre

RICHEMOND Johnson

Auteur : Richmond Johnson

Richmond Johnson richmond85@gmail.com Twitter: @richmond85 Tel: 509 3630-4052 / 509 4009-0452

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.