Le parti politique part en guerre contre l’exécutif  qui a récemment annoncé que 2019 sera une année électorale. « Il s’agit d’un très mauvais départ », dénonce l’OPL qui croit que seul l’issu d’un vrai tête-à-tête entre les protagonistes peut décider de la tenue des élections dans le pays.

 

« On ne peut pas parler d’élection sans un véritable accord politique », une position exprimée par l’Organisation du Peuple en Lutte.

 

Dialogue , élection, deux piliers des discours des dirigeants de l’exécutif depuis le début de l’année 2019. Une démarche qui a suscité de moult réactions sur l’échiquier politique. Sceptique quant à la concrétisation du rêve de l’exécutif, l’OPL encourage le pouvoir en place à révisé sa stratégie.

 

《C’est une véritable confusion, un mauvais signal… Pour qu’il y ait élection, il faut avoir à la fois la confiance des acteurs et des citoyens, et ce que l’on constate nous avons une classe politique polarisée》,constatent les responsables de l’OPL.

 

La réalisation des élections est une nécessité reconnaît la structure politique. Toutefois, le dialogue devrait précéder les élections, lance le parti politique.

 

« nous constatons que l’exécutif traîne ses pieds en ce qui à trait au dialogue, élections oui mais le dialogue est une priorité indissociable» soutient le coordonnateur de l’OPL Edgard Le Blanc.

 

Plusieurs secteurs mettent déjà en doutent la légitimité et la capacité du Conseil électoral provisoire pour conduire les prochaines compétitions électorales. En tout cas, l’avenir du quinquennat de Jovenel Moïse se joue dans ses élections.

 

Banacheca Pierre

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.