Publicités
Robinson Jerome 10 décembre 2019
CP:LCI

L’avertissement du diplomate australien Alexander Downer à son homologue Étasunien à Londres a été le point de basculement d’une enquête du FBI sur l’ingérence de la Russie aux élections Étasuniennes de 2016, et maintenant pourrait faire partie de la procédure de destitution contre le président Donald Trump.

Selon le compte rendu de la nuit de Downer, Papadopoulos a révélé des informations sur les plans de la Russie d’intervenir dans les élections Étasuniennes avant la publication de dizaines de milliers de courriels rédigés par l’adversaire de Donald Trump, Hillary Clinton, une affirmation que Papadopoulos a démentie.

Papadopoulos a déclaré que l’une des raisons pour lesquelles Trump gagnerait était que les Russes pourraient divulguer des informations qui pourraient être préjudiciables à Hillary Clinton, a déclaré Downer précédemment. Dans un câble diplomatique à Canberra, Downer a minimisé l’importance de la prédiction apparente de Papadopoulos. Mais lorsque Wikileaks a par la suite vidé les courriels de Clinton, Downer a demandé une réunion sur une “question urgente” avec son homologue à l’ambassade Étasunienne à Londres.

Mentionné dans le rapport uniquement en tant que fonctionnaire d’un gouvernement étranger amical , Downer a déclaré que Papadopoulos avait suggéré que l’équipe Trump avait reçu une sorte de suggestion de la Russie selon laquelle elle pourrait aider ce processus avec la divulgation anonyme d’informations pendant la campagne qui être préjudiciable à Hillary Clinton et au président Obama.

L’enquête du FBI a conduit à l’enquête de deux ans du conseiller spécial Étasunien Robert Mueller sur l’ingérence électorale, que les démocrates du Congrès peuvent maintenant utiliser comme preuve que Donald Trump a fait obstruction à la justice alors qu’ils commencent à rédiger des articles de destitution. En bref, la suggestion de Downer selon laquelle la campagne Trump a reçu une sorte de suggestion de la Russie a déclenché une chaîne d’événements qui, avec des allégations plus récentes sur l’Ukraine, devraient voir Donald Trump destitué par la Chambre des représentants contrôlée par les démocrates et jugé au Sénat.
Cette semaine, la commission judiciaire de la Chambre des représentants doit également voter sur les actes d’accusation retenus contre le président américain pour abus de pouvoir, corruption, entrave à la bonne marche du Congrès et entrave à la justice. Cette enquête en destitution fait suite à la demande de Donald Trump faite à l’Ukraine d’enquêter sur le démocrate Joe Biden, l’un de ses rivaux pour la présidentielle de 2020.

Robinson Jerome

Twitter : @robinsonjerome8

Gmail : jeromerobinson64@gmail.com

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils