Des membres de l’Assemblée nationale contrôlée par l’opposition ont déclaré que de hauts représentants des deux côtés participeraient aux discussions à Oslo.

Les représentants comprennent le ministre de l’Information, Jorge Rodriguez, du côté du gouvernement et Stalin Gonzalez, membre dirigeant de l’Assemblée nationale, de l’autre, ont annoncé des responsables. Le chef de l’opposition, Juan Guaido, a confirmé jeudi avoir envoyé des délégués en Norvège, mais démenti des pourparlers avec le gouvernement du président Nicolas Maduro.

Il y a des envoyés en Norvège, a déclaré Guaido lors d’un rassemblement politique dans la capitale Caracas. Il a déclaré qu’Oslo essayait de jouer le rôle de médiateur dans la crise, mais que l’opposition ne s’engagerait dans aucune fausse négociation.

L’opposition vénézuélienne a déclaré que Maduro avait utilisé les négociations antérieures pour gagner du temps et qu’il n’était pas sincère de faire des concessions. Maduro a déclaré qu’il était ouvert au dialogue et que l’opposition tentait de s’emparer du pouvoir par la force.

Guaido a déclaré que tout processus diplomatique visant à résoudre la crise vénézuélienne devait conduire à la fin du gouvernement Maduro et à son remplacement par un gouvernement de transition et des élections libres et équitables.

Le réseau norvégien de radio et de télévision NRK, citant des sources anonymes, a annoncé que des entretiens avaient eu lieu dans un endroit secret de la capitale norvégienne pendant plusieurs jours et que les délégations devaient rentrer jeudi à Caracas.

Le porte-parole de l’ONU, Stephane Dujarric, a été interrogé jeudi au siège de l’ONU à New York sur une possible participation de l’ONU au processus. Il a répondu qu’il ne veut pas prédire ce qui peut se produire dans ce que nous savons être une situation compliquée, mais il est clair que les bons offices du secrétaire général, les bons offices des Nations Unies, restent très disponibles.

L’opposition a insisté sur le fait que Maduro avait été élu illégalement l’année dernière et qu’il devait se retirer pour laisser la place à des élections. Maduro, à son tour, a accusé l’opposition d’être des comparses Étasuniennes dans l’intention de s’emparer illégalement du pouvoir.

Le dialogue sur la Norvège intervient alors qu’un groupe de nations principalement européen se prépare à envoyer une délégation de haut niveau au Venezuela pour proposer des solutions à la crise prolongée du pays.

Les pourparlers prévus sembleraient probablement étouffer les rumeurs selon lesquelles les États-Unis, principal soutien de l’opposition vénézuélienne, pourraient envisager une action militaire comme moyen de mettre fin à la crise.

Des responsables Étasuniens ont déjà déclaré qu’ils se concentraient sur des mesures diplomatiques et économiques pour contraindre Maduro à sortir, mais M. Guaido a déclaré que son émissaire de Washington rencontrerait lundi le chef du commandement sud de l’armée Étasunienne.

Le 30 avril, Guaido a publié un message vidéo dans lequel il était aux côtés d’un petit contingent de militaires en uniforme et de véhicules blindés. Il a appelé à un soulèvement pour mettre fin à l’usurpation de Maduro et a continué à appeler à des manifestations de masse contre le président vénézuélien.

Robinson Jerome

Twitter : @robinsonjerome8

Gmail : jeromerobinson64@gmail.com

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.