Des membres de la CSC/CA continuent de subir des menaces

Près de quatre semaines après avoir rendu public le deuxième rapport d’audit de gestion et de l’utilisation des fonds relatifs au programme de petrocaribe, les conseillers de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif continuent de subir des menaces de mort provenant des individus non identifiés.

De l’avis de Joseph Maxime Rony, l’un des responsables du collectif <<Ensemble contre la corruption>> qui affirme avoir rencontré ce jeudi, plusieurs conseillers du tribunal administratif, des individus ont l’habitude de circuler à moto et en voiture non immatriculée où résident ces hauts fonctionnaires de l’État haïtien qui avaient pris plusieurs mois pour réaliser ce travail qui a épinglé le président de la république qui aurait impliqué dans un stratagème scandale de corruption.

Pour M. Maxime, l’un des cadres de cette structure qui a voulu s’en prendre à l’exécutif, le président de la république Jovenel Moïse n’a pas honoré l’engagement qu’il avait pris envers les conseillers qu’ils ont promis de donner des moyens pouvant les aider à travailler sans contrainte. Ajoutant pour affirmer qu’un directeur d’une institution de la fonction publique et son chef de cabinet, ont appelé l’un des conseillers de la CSC/CA pour lui donner des pressions à la suite de la publication du rapport qui met à nu la face cachée du chef de l’État.

Frappé et tourmenté par les menaces de mort à l’aide des textes et des numéros anonymes après avoir réalisé ce travail, l’un des conseillers du tribunal administratif a dû même laisser à couvert le pays accompagné de sa famille pour tenter de sauver leur vie pendant qu’un autre est malade pour l’instant en convalescence où il reçoit des soins suite à de nombreux actes d’intimidations vis à vis de la publication du deuxième rapport détaillé qui a certainement secoué certains hauts cadres de l’État.

D’autres responsables des organismes des droits humains dans le pays ont monté au créneau pour dénoncer ceux qui auraient masqué derrière ces démarches visant à intimider et détruire les conseillers de la cour des comptes. De l’avis de Pierre Espérance directeur exécutif du RNDDH, ces tentatives s’immiscent dans le cadre des stratégies visant à empêcher aux conseillers de continuer à enquêter sur les fonds petrocaribe.

RICHEMOND Johnson

Auteur : Richmond Johnson

Richmond Johnson richmond85@gmail.com Twitter: @richmond85 Tel: 509 3630-4052 / 509 4009-0452

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.