Publicités
Richmond Johnson 12 août 2019

Si les haïtiens ont vu l’octroi d’une prorogation du délai de régularisation jusqu’au 20 octobre prochain après les différentes menaces des mesures d’expulsion par l’administration Miguel Juan Sebastián Piñera Echenique, de nombreux chiliens qui se sentent victimes de la présence accrue des ressortissants haïtiens sur leur territoire, ils pensent recourir à la prise des armes pour forcer aux migrants venant d’Haïti de vider les lieux.

Depuis plusieurs mois, les haïtiens qui habitent sur cette partie de terre de l’Amérique du Sud ont fait l’objet de plusieurs menaces de racisme de la part des chiliens qui déplorent tout le temps la façon dont les haïtiens se sont mis à fonctionner sur leur territoire. À cet effet, des groupes radicaux et exterminateurs ont lancé des appels auprès du gouvernement chilien à l’encontre des migrants haïtiens qu’ils ont déploré leurs présences surtout dans le domaine des affaires du travail.

Selon plusieurs citoyens haïtiens qui défendent les droits de ses compatriotes trouvant au Chili, ces groupes radicaux ont même menacé de prendre les armes sous peu pour contraindre aux migrants haïtiens de laisser le pays en raison disent-ils, que ces derniers l’ont mis dans une situation de chômage difficile par rapport à leurs refus de travailler à bas salaires et que les haïtiens ont accepté n’importe quel salaire proposé par le secteur patronat.

Pour faire extérioriser ses inquiétudes et le mépris de ses droits violés aux regards des traités, conventions et accords relatifs aux migrants, ils se préparaient à investir les rues hier dimanche 11 Août. Mais les autorités chiliennes l’ont interdit catégoriquement. De quoi faire inquiéter ces haïtiens à un moment où la xénophobie connait une remontée considérable au Chili depuis l’arrivée de Miguel Juan Sebastián Piñera Echenique au timon des affaires de l’État chilien.

Face à cette situation qui préoccupe presque l’ensemble de la communauté des haïtiens sur le sol chilien estimé à plus de 180.000, William Pierre qui s’identifie à maintes reprises dans les médias comme l’un des défenseurs de la cause des migrants au Chili, presse sans relâche les autorités du gouvernement haïtien à agir rapidement et de mettre les choses au clair afin d’éviter le pire.

Plusieurs compatriotes ont même sollicité de leurs paires de rester chez eux afin d’éviter tout affrontement violant avec des groupes radicaux et exterminateurs.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils