Absent de la scène médiatique depuis quelques mois sans évoquer les principales raisons qui ont provoqué ce mutisme, le journaliste senior de la presse haïtienne qui faisait l’usage de son compte Facebook à chaque fois qu’il voulait intervenir dans des sujets relevant sa compétence, a frappé fort ce mardi en analysant la situation qui s’était produite à l’Archaïe samedi dernier où la mairesse de la Cité du drapeau Rosemila Petit-Frère dans son discours de circonstance, a envoyé des flèches à l’encontre du président Jovenel Moïse.

 

Très remonté lors de sa lecture, l’ancien journaliste vedette de l’espace Vision 2000 à l’écoute, a fustigé le comportement des gens de la classe moyenne et de la bourgeoisie haïtienne qui soutiennent le président de la République qui de nos jours dégoûté par la majorité de la population en raison de ses nombreuses promesses et la mauvaise gouvernance. Pour le patron de radio Trans Inter, le chef de l’État peut avoir des “tivisye” de la bourgeoisie haïtienne qui le soutiennent et qui refusent de lui dire la vérité et des “sanwont” qui ont dépourvu de l’estime de soi face à la situation du pays qu’ils ont contribué à aggraver au jour le jour.

 

<< Il peut avoir des ” Ti visye ” profiteurs de la bourgeoisie, des classes moyennes qui le soutiennent. Cependant, reconnaîssons que notre président ne mérite point l’estime populaire. C’est le plus grand mal-aimé de l’histoire politique contemporaine haïtienne. Avec un bilan économique, social et politique aussi désastreux, les soutiens les plus cyniques et insouciants du président devraient se sentir gênés d’avoir contribué à cet effondrement accéléré du pays. Autrement, ils ne sont que des “sanwont” dépourvus de tout estime de soi et du moindre sentiment d’appartenance à une communauté souffrante>> a écrit Daly Valet.

 

Parallèlement, l’analyste politique a critiqué les politiciens haïtiens qu’il traite de “odasye” qui, d’après lui ont pillé la richesse du pays à grande échelle et qui pensent pouvoir faire la leçon à Jovenel Moïse. “Ses opposants sont féroces avec lui. Des politiciens, “odasye” et amnésiques, qui, hier au pouvoir, ont tué, volé, pillé et saccagé le pays à grande échelle, croient pouvoir faire la leçon à Jovenel Moïse.” a lâché l’ancien conseiller du président provisoire Jocelerme Privert au palais national de 2016 à 2017.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.