Publicités
La Redaction 6 février 2018

Lorsqu’elle a fait appel à eux, Chantal Lamas, d’ATEFAT Agen, savait que la soirée qu’elle organisait serait un succès ; ils ont répondu présents gratuitement pour la cause défendue par son association qui œuvre pour Haïti.

Vendredi soir, ceux qui avaient, via leur cœur, trouvé le chemin de la Salle Jacques-Prévert, y ont retrouvé deux généreux artistes et ceux qui ne les connaissaient pas encore ont découvert l’immense talent du duo Soham.

Christian Laborde, guitariste hors pair, accompagne en toute complicité, la très belle voix de Dalila : un brin d’humour, beaucoup de profondeur, des rythmes teintés de bossa-nova, des paroles d’une grande poésie qui évoquent des sujets qui le sont beaucoup moins et qui constituent les maux de notre société.

«Des morts, le vrai tombeau, c’est le cœur des vivants» disait Cocteau ; pour certains vivants aussi, comme ceux d’Haïti.

 

Brutus Robenson journaliste
Brutus Robenson journaliste
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils