Publicités
Peterson Chéry 5 avril 2020

Depuis que la République dominicaine et Haïti ont fermé leurs frontières au début du mois de mars en raison du coronavirus, au moins 4200 ressortissants Haïtiens sont rentrés volontairement dans leur pays après avoir perdu leur emploi en raison de la pandémie, a rapporté, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

La quasi-totalité des retours, 4 192 personnes, sont passés via le point frontalier de  Dajabón (nord-ouest de la République Dominicaine) entre le 19 mars, date à laquelle la République dominicaine a fermé la frontière à ce jour.

Dans les trois autres étapes officielles, il y a eu “très peu de retours”, comme c’est le cas de la frontière Jimaní, une ville dominicaine située sur la route qui relie Port-au-Prince et Saint-Domingue, par laquelle seulement 12 Haïtiens sont passés jusqu’au 30 mars, révèle un porte-parole du bureau de l’OIM en République dominicaine.

La frontière est fermée du côté dominicain depuis le 19 mars, mais elle ouvre quelques minutes par jour pour permettre le passage des migrants, hommes, femmes et enfants, qui souhaitent rentrer dans leur pays.

De nombreux Haïtiens sont restés sans travail dans le pays voisin en raison de la fermeture d’entreprises décrétée par le gouvernement, dans le cadre de l’ensemble des mesures mises en place pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, qui a affecté la construction et le commerce, les secteurs où travaillent des milliers d’immigrants.

Le départ massif d’Haïtiens provoque des foules à la frontière de Dajabón, comme l’a dénoncé vendredi l’ONG haïtienne le Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR).

“Malgré la fermeture de la frontière entre les deux pays, les gens ne s’arrêtent pas. Ils se précipitent, faisant la queue aux portes” de la frontière, augmentant le risque de propagation du virus sur le territoire haïtien, a indiqué l’ONG dans un communiqué.

La République dominicaine a confirmé a ce jour (5 Avril 2020) 1 745 cas positifs et 82 décès, tandis que 21 cas ont été enregistrés en Haïti et 1 morts selon  les données officielles les plus récentes.

Le gouvernement haïtien a fermé sa frontière avec la République dominicaine le 17 mars pour tenter d’empêcher l’arrivée de la maladie dans le pays, qui est le plus pauvre d’Amérique, mais trois jours plus tard, il a notifié les premières infections, chez des voyageurs arrivant d’Europe. .

Depuis que l’état d’urgence a été déclaré en République dominicaine, le gouvernement a imposé un couvre-feu et des restrictions à une série d’activités économiques pour éviter de nouvelles infections du coronavirus.

“Contraints de rester chez eux avec les mesures de confinement et le couvre-feu adoptés par les autorités dominicaines, ces personnes, qui vivent principalement dans le secteur informel, rencontrent d’énormes difficultés pour nourrir leur famille pendant plusieurs jours dans le quatre murs “, a expliqué GARR dans son communiqué.

L’ONG a critiqué en même temps que les mesures économiques annoncées par le gouvernement dominicain pour venir en aide aux populations les plus défavorisées ne soient pas accessibles aux migrants haïtiens, qui travaillent dans l’informel.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils