Publicités
Peterson Chéry 5 avril 2020

Tic Tac, tic tac l’horloge tourne. La vague du Covid-19 nous arrive lentement mais surement. Ce dimanche le pays a connu un vent de tonnerre mais avec un seul mot en levée de rideau : la confusion. Haïti s’est réveillée ce dimanche 5 Avril 2020 avec la nouvelle relative au premier décès lié au Covid-19. Il s’agit d’un homme âgé de 55 ans qui souffrait aussi de tension artérielle et du diabète.

Ce premier décès intervient deux semaines après la découverte des deux cas ayant confirmé l’apparition du nouveau virus sur le territoire haïtien. Les statistiques officiels du Ministère de la santé Publique font état jusqu’ici de 21 cas de covid-19. Ces cas ont été enregistrés dans cinq départements. 14 dans l’Ouest, 4 dans le Sud-Est, 1 dans l’Artibonite, 1 dans le Nord-Ouest et 1 dans les Nippes.

Avant le coronavirus, Haïti souffrait de tous les maux. L’alerte a été lancé du coté de la ministre de la santé publique en déclarant et nous citons : « On doit s’attendre au pire ».

Faut-il attendre une vague pour prendre des décisions ? Quel projet en cours ? La communication politique, gouvernementale et scientifique est jusqu’ici mauribonde. L’Etat créé l’instance le Centre d’information Permanent sur le coronavirus. La stratégie : faire défiler des experts, des ministres du gouvernement, des directeurs généraux pour présenter des projets, des vœux et probablement des souhaits pour l’avenir. Mais, on attend mieux de ce gouvernement. Il faut surtout ne pas communiquer pour communiquer. Les projets, les plans pour contrer le covid-19 ne sont pas vraisemblablement définis. La population reste en attente d’action concrète, d’une gestion efficace et d’une stratégie sans failles ni confusion.

Le système sanitaire est au bord de l’asphyxie

Le coronavirus est dans nos murs  mais nous oublions que nous disposons de 911 médecins, pour une population de plus de 11 millions d’habitants, 3018 infirmières entre autres. Des statistiques qui sont datées de décembre 2016. Des chiffres qui n’en tiennent pas compte des médecins décédés, voyagé et qui ne sont plus en exercices. Serions nous-prêt à recevoir le Covid-19 quand il frappera de plein fouet a nos portes ? On ne pourrait pas compter sur l’aide des pays dit amis d’Haïti. Car c’est l’Allemagne qui à offert 50 respirateurs artificielles à l’Espagne. L’Europe a genoux, l’Amérique est aux Américains. A chaque pays sont lot de mort et d’infectés au quotidien. Pourtant, ici les mesures des autorités sont peu applicables. La population ne s’y soumet ou du moins la parole des autorités n’inspirent plus confiance, ne soulage pas.

 L’Etat manœuvre des millions ; Il faut surveiller les virulents pilleurs

Haïti est un pays qui s’habitue avec le parcours de l’assistanat. Le séisme, le choléra, le Sida, la faim, l’armement… Toute une cartographie, des problématiques qui prouvent que l’on espèrent l’assistance du blanc.

Taïwan demeure pour l’heure, le pays qui offre beaucoup plus d’aide à Haïti 280 000 masques, sept caméras thermiques, un lot des thermomètres et la somme de 50 000 dollars destinés à supporter le ministère de la santé publique ajoutés a cela 2 000 tonnes de riz d’une valeur globale de 2 000 000 dollars destinées au FAES. La Banque Mondiale offre Haïti un don de 20 millions de dollars. L’aide coule à flots comme au temps du séisme de 2010. Maintenant il faudra attendre pour voir si la transparence sera effective. Si chaque centime reçu sera converti en action et sera porteur de résultat.

PressLakay ne souhaiterait pas être un oiseau de mauvais augure mais l’avenir est peu reluisant. Haïti risque de connaitre des jours sombres si l’expansion que prend le virus à travers le monde serait similaire au pays. Ce que nous redoutons est enfin arrivé. Il faut recadrer les actions. Il faut croire qu’il n’y aura d’autres moyens pour se réfugier ailleurs ni chez l’oncle Sam encore moins en Europe. Il faut faire cette résistance ici. Il faut trouver l’issue commune ou du moins mourir ensemble.

Peterson Chery

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils