Publicités
Robinson Jerome 26 février 2020
Crédit photo: Al Jazeera

Crédit photo: Al Jazeera

Le vice-ministre iranien de la Santé et un député ont tous deux été testés positifs pour le nouveau coronavirus, alors qu’il lutte pour contenir une épidémie qui en a tué 15. Le pays est l’un des trois points chauds en dehors de la Chine, ce qui fait craindre que le virus ne devienne une pandémie.

Le vice-ministre, Iraj Harirchi, a nié lundi avoir dissimulé l’ampleur de l’épidémie. Il est apparu dans un inconfort physique en parlant aux journalistes. Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que l’augmentation soudaine des cas dans les pays hors de Chine était profondément préoccupante.

Mais la situation en Iran qui abrite des lieux saints qui attirent des millions de personnes chaque année et dans une région où plusieurs pays ont des systèmes de santé faibles a suscité une grande inquiétude concernant une potentielle épidémie de masse au Moyen-Orient.

Parmi les points chauds actuels en dehors de la Chine, l’Iran est le plus préoccupant en raison de l’absence d’une image précise de l’ampleur réelle de l’épidémie, a déclaré le Dr Nathalie MacDermott, spécialiste des maladies infectieuses au King’s College de Londres. La plupart des cas signalés étaient des personnes âgées et mourantes, a-t-elle déclaré. Il semble que nous entendions parler de la pointe de l’iceberg et que nous manquions ce morceau en dessous qui pourrait être plus jeune et ne pas être particulièrement malade.

Contrairement à l’Italie, les autorités iraniennes refusent d’imposer des quarantaines dans les zones touchées par l’épidémie. Ils disent que les quarantaines sont démodées et qu’ils n’y croient pas. Les sanctuaires chiites dans les villes de Qom et Mashhad sont toujours ouverts, bien que Qom soit un foyer du virus. Il y a de grands ayatollahs à Qom qui croient que son sanctuaire, qui attire des millions de pèlerins du monde entier, et son important séminaire, qui accueille de nombreux étudiants religieux étrangers, sont la fierté du monde chiite.

L’Iran n’a pas non plus l’équipement médical dont il a besoin pour maîtriser l’épidémie. Il n’a plus de masques et n’a pas assez de kits de test. Un certain nombre de travailleurs médicaux ont également été infectés, de sorte qu’il est à craindre qu’ils ne manqueront bientôt de médecins et d’infirmières pour s’occuper des personnes atteintes de la maladie.

Robinson Jerome

Twitter : @robinsonjerome8Gmail : jeromerobinson64@gmail.com

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils