Publicités
Peterson Chéry 25 mars 2020

Depuis l’apparition des premiers cas du COVID-19 et les mesures prises par le gouvernement de Jouthe Joseph de fermer les frontières et d’annuler les vols aériennes. Des propriétaires de super-marchés, de magasins à Port-au-Prince comme dans le reste du pays se livrent dans la pratique du marché noir. Des pharmacies ne ont pas exempts. La chloroquine devient de plus en plus rare et coûte jusqu’à 750 gourdes pour se procurer de ce denrée rare.

Face à cette situation, le ministère du commerce sort ses griffes et entend mener une bataille contre cette pratique. Des inspections ont eu lieu encore ce mardi 24 Mars dans plusieurs supermarchés et dépôts de la région métropolitaine. Une délégation composé d’un représentant du Ministère du commerce et de l’industrie, du juge de paix de la section Nord, Jean Brunet Noël et des agents de la PNH a visité des entreprises, pour procéder à la vérification des prix. Au cours de cette visite, les autorités ont exhorté les commerçants à ne pas pratiquer le marché noir dans le contexte actuel.

Dans les Nippes, les autorités s’activent

 Les autorités du département des Nippes passent de la parole aux actes. Le directeur départemental du ministère du Commerce et de l’Industrie Lennec Chatelier, accompagné notamment du commissaire du gouvernement de la juridiction de Miragoâne, Me Jean Ernest Muscadin, et des agents de la police nationale, était ce mardi dans les communes de Miragoâne et de Fond-Des-Nègres en vue de s’enquérir des prix des produits sur le marché.

Ces dernières qui avaient promis lundi de sévir contre tous ceux qui profiteraient de l’introduction du Covid-19 dans le pays pour faire du marché noir, ont procédé à l’arrestation de plusieurs commerçants (15 environ) à Fond-Des-Nègres et à la saisie de produits alimentaires et des médicaments dans des pharmacies et supermarchés au niveau de ces deux communes de l’arrondissement de Miragoâne. Ces commerçants, accusés de taxer indûment leurs marchandises, placés en garde-à-vue, sont censés présenter leurs factures ou contacter leurs magasins en vue de justifier les prix auxquels ils ont acheté leurs produits, a indiqué le commissaire Jean- Ernest Muscadin.

«Notre mission est de protéger les consommateurs», a déclaré pour sa part le directeur départemental du MCI, annonçant une autre visite à Fond-des-Nègres et dans d’autres communes du département des Nippes. Lennec Chatelier met en garde les commerçants contre toute tentative de profiter de la situation difficile que traverse le pays.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils