Publicités
Pierre Jn Miguel 15 juin 2018

 

L’Uruguay a trouvé à qui parler vendredi, au moment de défier l’Egypte pour le compte de la 1ère journée du groupe A de la Coupe du monde. La Celeste, malgré la présence de ses deux stars Edinson Cavani et Luis Suarez aux avant-postes, s’en est sortie (1-0) grâce à un défenseur, José Maria Gimenez, buteur en toute fin de partie (88e).

Le premier match d’un grand tournoi international peut parfois être compliqué à aborder, surtout face à un adversaire a priori inférieur. Sur le papier, l’Uruguay était évidemment favorite ce vendredi, au moment de croiser le fer avec l’Egypte, qui plus est privée d’un Mohamed Salah convalescent. Mais les Pharaons ont chèrement vendu leur peau, faisant mieux que rivaliser avec des Sud-Américains peu inspirés, pour finalement craquer sur coup de pied arrêté en fin de partie (1-0). Evidemment, on attendait bien mieux de cette Celeste emmenée par Luis Suarez et Edinson Cavani, deux buteurs figurant parmi les meilleurs de la planète.

Avec ces deux attaquants intenables, malins et efficaces, les Egyptiens se préparaient à vivre des moments compliqués. Sauf que, sur la pelouse d’Ekaterinbourg, l’équipe d’Oscar Tabarez n’a pas montré grand-chose… Loin d’être inspirés, souvent brouillons, peu créatifs, les partenaires de Matias Vecino ne savent définitivement pas faire le jeu, et sur certaines phases, ce sont incontestablement leurs adversaires qui ont su mettre en place des passes redoublées ou des transitions accélérées. Malgré tout, Fernando Muslera a passé un après-midi somme toute assez tranquille. A l’inverse, Mohamed El-Shenawy a lui été plus sollicité, et a longtemps su retarder l’échéance.

Le dernier rempart des Pharaons a aussi profité d’un manque d’efficacité et de lucidité rare chez Luis Suarez. A trois reprises, l’attaquant du FC Barcelone s’est retrouvé en position de faire trembler les filets adverses, notamment sur une reprise à bout portant qu’il ne parvient même pas à cadrer (24e). Ou encore en face à face avec le portier (73e). Ce dernier sortira aussi le grand jeu contre Edinson Cavani (83e), et sera tout heureux de voir un coup franc du Parisien heurter son poteau gauche (88e). Il ne pourra rien quelques minutes plus tard, sur ce coup de tête rageur de José Maria Gimenez (1-0, 88e)… Le défenseur central vient donc suppléer ses attaquants en manque d’efficacité et d’adresse, comme un symbole au sortir d’un match ou Diego Godin a été impérial, n’hésitant pas à plusieurs reprises à apporter le danger dans la zone de vérité adverse. Pour le sélectionneur uruguayen, outre le résultat final, ce sont là les seuls points vraiment positifs à retirer de cette première rencontre du Mondial.

Pierre Jean Miguel

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils