Bientôt un nouveau Premier Ministre

Le chef de l’état haïtien, Jovenel Moïse, débute cette semaine une nouvelle étape de son mandat. Confronté aux protestations de plusieurs secteurs et aux manifestations de l’opposition qui réclament sa démission le président Moïse devra dans le meilleur délai désigner un nouveau Premier Ministre.

Le Premier Ministre démissionnaire Jack Guy Lafontant, proche du chef de l’état, restera en poste pour liquider les affaires courantes.

M. Moïse, dans une adresse à la nation samedi, a assuré qu’il lance les consultations préalables à la désignation du Premier Ministre. « Je comprends la situation de beaucoup de compatriotes, le chômage, la faim, la misère… je travaille pour eux. Je vais continuer les consultations avec toutes les institutions, le Parlement, les Partis politique et les secteurs organisés dans la société pour que je puisse choisir un autre Premier Ministre pour conduire le Gouvernement et rassembler toutes les forces vives dans la Nation sans perdre de temps, pour former un Gouvernement inclusif qui aura pour mission de soulager la misère du peuple, développer l’agriculture, l’énergie et les infrastructures dans le pays, de prendre toutes les mesures et actions pour maintenir la stabilité politique et sociale, encourager les investissement pour créer des richesses et des conditions qui permettront à tous les haïtiens de vivre mieux dans leur pays ».

La semaine écoulée suite aux émeutes le président Moïse avait rencontré des représentants de plusieurs secteurs de la vie nationale. « J’ai fait beaucoup de consultations, j’ai consulté des personnes qui ont été victimes, des Partis politique, la Société Civile, des organisations populaires et beaucoup d’autres groupes dans la société. J’ai engagé le dialogue avec les partenaires internationaux. J’ai écouté les revendications de toutes les personnes et de plusieurs secteurs, j’ai analysé ces revendications, l’État fait tout ce qu’il est capable pour leur donner de bonnes réponses à leurs revendications ».

Toutefois des dirigeants de plusieurs partis politiques de l’opposition avaient décliné l’invitation du chef de l’état. Ils lancent une nouvelle offensive en vue de provoquer le départ du chef de l’état. Plusieurs centaines de manifestants avaient défilé dans les rues de la capitale samedi dernier réclamant la démission du chef de l’état à leurs yeux principal responsable de la détérioration des conditions de vie de la population.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.