Publicités
Dimitry Charles 7 juin 2018

Construit sous le gouvernement de Martelly,le viaduc de Delmas situé à Carrefour de l’aéroport devient le repaire des braqueurs dépouillant les gens du matin au soir.Écoliers,étudiants,professionnels,marchands,chauffeurs,ouvriers des usines,tous se font braquer par des bandits,et n’ont pas hésiter de témoigner au micro de Presslakay afin d’alerter la PNH.

Le carrefour de l’aéroport est une zone très fréquentée dans la commune de Delmas,c’est là qu’on se trouve plusieurs stations Tap-Tap menant au Poste-marchand,Petion-ville,Gérald-Bataille,Portail Leogâne,Clercine…Tous les jours,les citoyens se défilent sur cette route pour aller dans leurs activités,mais se font toujours braquer dans les parages du viaduc par des bandits à main armé.

“Wi bò isi a chaje ti vòlè.Zòn sa prèske menm jan ak pòtay lewogan ,li pa bezwen nan nwit,ni solèy pa bezwen kabre pou vòlè rive sou ou epi l di w ba l sa w pote a.Sak fristran an,moun nan vòlè w jodi epi demen wap pase ou wè menm moun sak te vòlè w la byen poste oubyen ap chaje machin oubyen ap siye machin.Epi ou pè rele polis pou li paske ou pase nan zòn nan chak jou ou pa konn sak ka rive w”.Se plaint une jeune femme.

“Pitit gason m se pa m map pase la.Sèl bò isi a mwen pèdi twa gwo telefòn pandan map tann machin pou m al travay nan ONA petyonvil.Depi ti vòlè bò isi wè telefòn zizye yo bat y ap rive sou ou.Gon lè mwen viv yon aksyon la,yon mesye ki kanpe ap pale anba pon an,li ap pale nan telefòn lan,te kwè yon jèn gason parèt dèyè do l epil rale telefòn lan bò zòrèy mesye a epil kouri”.Explique Une employée de l’ONA.

A rappeler que tout près de ce viaduc,il y a un commissariat de police,mais ces braqueurs n’ont aucune crainte pour commettre leurs forfaits.Les piétons ne sont pas les seuls victimes,des chauffeurs de voiture privée sont aussi dépouillés de leurs effets personnels.

“Ou konn mès yo bò isi a?Yo tann lè gen yon ti blokis,yo obsève moun ki gen bèl machin nan blokis la epiw wè yon timoun parèt sou machin lan,lap siye machin ou.Ou desann vit ou pou w bal 25 goud epiw wè yon papa pwente zam bò tèt ou epil di w fè rapid ba l bous,telefòn,ba l tout bagay tankou ou t al vòlè pot pou li.Ou vin pa ka fè akwochay avè l paske ou pa wè polis e met sou sa ou pa konn sa endividi a sot fimen pou l pa fizye w,saw genyen an ou bay li”.Raconte un monsieur à bord de son BMW.

Pour ce monsieur,il pense que ces actes de braquage sont souvent produits par les enfants des rues(Kokorat) qui essuient les voitures,mais un de ces enfants des rues a tenté d’expliquer et s’est opposé complètement à cette idée.“Yow epavre man.Sa e manti.Gen vòlè isi a vre men yo pa ka di e nou.Moun yo pa ka annik chita pou yap di e timoun lari yo kap vòlè yo.Pou yo rabese nou,yo rele nou Kokorat.Yo pa ka foure nou tout nan panye vòlè a,mwen menm e chak jou m’avèk yon bout twal map chache sove 100 goud,mwen poko fouye yon moun ni konn sak rele zam.Paske m nan lari a yo pral di m se vòlè tou,lè konsa yo kraze moral nou,nou vin parèt enferyè tankou nou pa moun tou e vòlè nou konn vòlè”.Déplore un enfant des rues âgé de 15 ans.

Quoi qu’il en soit,la vigilance est de mise sur cette route.En dessous du viaduc,ces braqueurs ont emporté des frics,des téléphones portables,Laptops et autres objets.Un citoyen très offusqué demande à la police de patrouiller cette zone régulièrement.

“Mwen pèdi lajan,mwen pèdi telefòn,yo menm vòlè mont mwen anba vye pon sa wap gade la.Vòlè a sot kote l soti,valiz li nan do l epil rive sou ou li di w yow depi w bouje mwen tire w.Saw tande a li getan friz ou.Ayisyen pè zam,depi yo wè sa yo getan chape poul yo ,yo kite w nan won w pou kòw ak vòlè a.Epi mèt lari a pran sa lap pran an epiw wè l file li met tèt li zòn aviyasyon.Lapolis dwe prezan nan zòn kafou ayewopò sa,son espas kote touris pase pou al Marriott,elèv pase anpil,machann,moun faktori ap pase.Fòk polisye trè prezan e veyatif”.

La semaine dernière,le site haiti24.net a informé qu’une journaliste (son nom n’a pas été dévoilé) a été dépouillée de très tôt(8h AM) en dessous de ce viaduc.Les bandits ont emporté le portefeuille de cette journaliste contenant la somme de 500 mille gourdes et son téléphone portable.

Les autorités policières doivent intervenir le plus rapidement possible afin de stopper ces actes de banditisme qui nuisent les riverains fréquentant cette zone.Ces braqueurs méritent d’être placés dans un lieu de réflexion(prison).

Propos recueillis par Dimitry Charles

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils