États-Unis: Biden met la sécurité intérieure entre les mains d’Alejandro Mayorkas, l’avocat cubano-américain qui a défendu la citoyenneté pour les immigrants

Joe Biden a engagé l’avocat d’origine cubaine Alejandro Mayorkas pour diriger le département de la sécurité intérieure. Mayorkas a précédemment servi dans le DHS sous Barack Obama et a préconisé une voie vers la citoyenneté pour les immigrants.

Mayorkas est né à Cuba mais est venu aux États-Unis avec ses parents lorsqu’ils ont fui le régime de Fidel Castro en 1960. Il a été secrétaire adjoint de la Sécurité intérieure entre 2013 et 2016, et s’il est confirmé par le Sénat, il deviendra le premier immigrant à être mis en charge des frontières américaines.

Tweet Alejandro Mayorkas
Tweet Alejandro Mayorkas

Servant sous Obama, Mayorkas a supervisé la mise en œuvre du DACA, qui protégeait certains immigrants illégaux de la déportation et leur délivrait des permis de travail. Le DACA a été mis en place par Obama par le biais d’un décret, et les efforts du président Trump pour annuler le programme ont abouti à une bataille juridique de plusieurs années, qui a abouti en juillet lorsque l’administration Trump a déclaré qu’elle défierait une ordonnance du tribunal et cesserait d’accepter. Candidats DACA.

Biden a promis de restaurer et d’étendre le DACA, de réinstaller davantage de réfugiés et de demandeurs d’asile, d’annuler les interdictions de voyager de Trump et de mettre fin à la séparation des enfants de leur famille après être entrés illégalement aux États-Unis.

Les militants de l’immigration considèrent Mayorkas comme l’homme juste pour ce poste, et l’avocat latino a reçu des récompenses d’un certain nombre d’organisations pour son travail sur le DACA. Cependant, Mayorkas a également supervisé le département lorsque ses agents d’immigration et de contrôle des douanes (ICE) séparaient les familles au cas par cas, mettaient en cage les enfants et expulsaient plus d’immigrants que pendant toute autre administration de l’histoire.

Le plaidoyer de Mayorkas pour la citoyenneté, associé à sa volonté d’appliquer des politiques d’immigration moins populaires, donnera aux républicains et aux démocrates de gauche amplement l’occasion de faire pression sur lui lors de son éventuelle audition au Sénat.

S/News24

États-Unis : Président Donald Trump de plus en plus isolé à la Maison-Blanche

Alors que la crise du coronavirus sévit aux États-Unis, les autorités demandent à la population de ne pas voyager pour Thanksgiving. Mais, dans le même temps, Donald Trump ne cesse de réitérer les déclarations de fraudes concernant la présidentielle.

Il fait les cent pas et tourne en rond à la Maison-Blanche : Donald Trump continue d’exprimer son opposition aux résultats des élections américaines et ne reconnaît toujours pas la victoire de son adversaire, Joe Biden. “Des millions de dollars ont été investis contre moi dans cette campagne, une campagne que j’ai par ailleurs gagnée et cela sera démontré”, a déclaré le président des États-Unis. Un président dont l’agenda est vide, qui regarde la télévision jusqu’à tard le matin, ne reçoit plus de briefings de sécurité, mais règle ses comptes.

Limogeages en série

Il a remercié le ministre de la défense, Mark Esper, en désaccord avec le retrait des troupes au Moyen-Orient. Également, Chris Krebs en charge de la cybersécurité. Le haut-fonctionnaire avait déclaré que ces élections étaient les plus sûres de l’Histoire des États-Unis. Et d’autres départs seraient annoncés en début de semaine. L’entourage choisit ses mots pour parler au président. Donald Trump est focalisé sur la bataille juridique qu’il a entamé pour contester les résultats de l’élection. Il a jusqu’au 8 décembre pour le faire.

10 critères pour reconnaitre un politicien honnête, sincère et altruiste?

Photo de Jean Louis Willy participant à l’émission Le Point sur télé Métropole

75% des politiciens s’engagent pour l’argent, la célébrité et le pouvoir.

Comment reconnaitre les 25 % de politiciens honnêtes qui pensent à l’intérêt général avant ses intérêts personnels ?

1) Il ne se montre pas à toutes les festivités, à tous les soupers pour obtenir plus de voix.
2) Il n’a pas besoin de la politique pour vivre et a un métier passionnant en dehors de la politique.
3) Il ne choisit pas de se présenter dans un parti populaire qui obtiendra beaucoup de voix.
4) Il n’utilise pas sa fonction pour placer des membres de sa famille à un bon poste (de fonctionnaire).
5) Il ne fait pas de la politique durant toute sa vie.
6) Il ne parle pas forcément bien en public mais beaucoup d’idées
7) Il est cohérent dans sa vie : il vit ce qu’il dit, et dit ce qu’il vit.
S’il est pour l’écologie, il vivra de manière écologique.
S’il est en faveur des pauvres, il vivra modestement.
S’il est pour la solidarité, il sera solidaire.
8) Il ose être en désaccord avec son groupe politique si cela ne correspond pas à ses convictions.
9) Il travaille et prend des décisions pour le long terme et pour l’intérêt général (et non pour les prochaines élections, ou pour certains amis-électeurs)
10) Il ne cumule pas plusieurs postes (rémunérés) afin de consacrer tout son temps à la bonne gestion de ses responsabilités.

jnlouiswilly405@gmail.com

Entre assurer sa tâche de Premier Ministre ou démissionner, l’OSEVI invite Joseph Jouthe à faire un choix

Dans une lettre ouverte, dont une copie est parvenue à notre rédaction, l’organisation pour le Soutien d’Enfance et des Vies (OSEVI), vu l’insécurité qui ne cesse de ronger la population, demande au premier ministre Haitien Joseph Jouthe, chef du CSPN, d’assumer ses responsabilités, de protéger les vies humaines particulièrement les enfants. Dans le cas contraire, indique l’organisation, le premier ministre doit quitter son fauteuil à la primature .

Veuillez lire le contenu de cette lettre.

Lettre ouverte au premier ministre haïtien, Jouthe Joseph

Objet: Résultat ou Démission

Monsieur le premier ministre,

La direction de l’organisation pour le soutien de l’enfance et des vies “OSEVI”, membres de l’Alliance des organisations des Droits humains “AO-DH” , vous présente ses salutations patriotiques.

Monsieur le premier ministre, en cette date marquant la journée internationale des droits de l’enfant, adoptée par l’assemblée générale des Nations-Unies le 20 Novembre 1989 par la résolution 44/25, qu’Haïti a ratifié le 23 décembre 1994, ce qui permet à cette convention d’exercer une force contraignante sur nos décideurs, en votre qualité de chef du gouvernement, OSEVI se fait le devoir à maintes reprises de vous écrire afin de vous exposer la situation de la vie des citoyens-ennes du pays, notamment celle des enfants.

Monsieur le premier Ministre, depuis votre arrivée à la tête de la primature en mars dernier,
nous, en tant qu’organisme qui se focalise sur la vie de l’être humain particulièrement, celle des enfants, constatons que jusqu’à date rien n’est fait pour protéger la vie dans le pays. Beaucoup de cas d’assassinat et de meurtre sont enregistrés à l’encontre des enfants, sans oublier les cas de kidnapping, de viols et plusieurs autres violences inacceptables dans un État de Droit.

Monsieur le premier ministre, que représente pour vous la vie de l’être humain haïtien ? Vous souvenez-vous d’où vous venez ? N’est-il pas préférable de servir avec votre pouvoir pour donner la vie dans ce pays?

Monsieur, en ce grand jour, nous, de l’OSEVI, vous écrivons pour vous dire que tout va mal dans le pays .

Monsieur le premier ministre, en ce XXIème siècle, la paix, l’électricité, l’éducation, la sécurité représentent un luxe pour la population haïtienne.

Fort de tous ces constats, nous vous recommandons :

1) Soit que vous serviez le pays en tant que premier ministre, c’est-à-dire, donner des résultats, soit que vous ayez le courage de présenter votre démission.

2) garantir la sécurité dans le pays, car cela relève de la volonté du gouvernement pas d’un chef de police, c’est plutôt à vous d’élaborer le plan de sécurité du pays en tant que président du CSPN.

3) établir une politique visant à apporter des accompagnement réels aux enfants du pays, spécialement à ceux qui vivent à la belle étoile.

Monsieur le premier ministre, rappelez-vous que votre mission consiste à donner des résultats, ce n’est pas un cadeau soit pour plaire à vos familles, vos amis-es ou pour plaire à vous-même.

Monsieur, nous de l’OSEVI, vous prions de bien vouloir recevoir nos salutations patriotiques.

Fait à Tabarre, le 20 novembre 2020

Me. Berrick ESTIDORE, Président/défenseur Droits humains

Téls: (+509) 4020-0758/ 4738-7821

E-mail: osevi2012@gmail.com

Manifestation 18 Novembre : La FOLONHA indignée face aux actes de vandalisme perpétrés à l’encontre de la FHADIMAC

Dans une note rendue publique en date du 19 novembre 2020, la Fondation Lorquet pour une Nouvelle Haïti dit condamné avec rigueur les actes de vandalisme des manifestants à l’encontre du Bâtiment logeant la Fondation Haïtienne de Diabète et de Maladies Cardiovasculaires, située à l’avenue John Brown, le 18 novembre dernier.

Veuillez lire l’intégralité de la note.

Port-au-Prince (Haiti). Le 19 novembre 2020. La Fondation Lorquet pour une Nouvelle Haïti (FOLONHA), proteste énergiquement et s’indigne contre les actes de vandalisme perpétrés contre les locaux de la Fondation Haïtienne de Diabète et de Maladies Cardiovasculaires (FHADIMAC), à l’avenue John Brown, par des manifestants, lors de la mobilisation antigouvernementale en date du mercredi 18 novembre 2020.

Cet acte de barbarie, selon la Fondation Lorquet pour une Nouvelle Haïti, est sans nul doute l’œuvre d’individus qui ne comprennent pas l’importance d’une institution humanitaire comme la FHADIMAC qui s’est dédiée depuis trente-trois ans à sauver des vies, et plus particulièrement des diabétiques et hypertendus en Haïti. Il démontre encore une fois la difficulté pour arriver à changer les mentalités en Haïti. Cette action témoigne également la détermination d’une partie de la population de se laisse remporter par leur instinct de destruction sans se soucier de l’importance des biens collectifs, rien que pour faire passer leurs revendications personnelles. La FHADIMAC, partenaire de la FOLONHA, est une institution clairement identifiée comme une fondation aidant les diabétiques et les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires.

De tels agissements risquent de décourager les bienfaiteurs ou mécènes potentiels et les responsables des autres organisations philanthropiques à travers le pays qui se soucient de contribuer à de lendemains meilleurs pour nos compatriotes. A noter que, le bâtiment la FHADIMAC a déjà subi de telles attaques à plusieurs reprises au cours de précédentes manifestations à caractère politique, alors qu’aucune autre institution de la zone n’a été vandalisée. Suite à cet incident regrettable, la FOLONHA présente ses sympathies au personnel de la FHADIMAC et plus particulièrement au fondateur de l’institution, le Dr René N. Charles et la Directrice Exécutive, le Dr Nancy Charles LARCO. Elle souhaite qu’ils ne se laisseront pas intimider ni décourager par de tels actes et qu’ils continueront à fournir leurs services habituels à la communauté.

Créée le 12 avril 2010 après le séisme du 12 janvier 2010, la Fondation Lorquet pour une Nouvelle Haïti (FOLONHA), a pour mission d’apporter sa contribution à des projets médicaux, éducatifs et sociaux, visant à lutter contre l’exclusion et l’isolement en favorisant la création du maintien d’un lien social dans les communautés dans lesquelles elle intervient. La Fondation s’est fixée quatre (4) domaines d’intervention : l’Éducation, la Santé, le Social et la Coopération internationale.

https://web.facebook.com/folonha/videos/620936311803019/

Fondation Lorquet pour une Nouvelle Haïti (FOLONHA)
+509 3703-7310 | + 509 3402-0482 | 3886-3240 | +5093659-8458