Publicités

Accusé par le président de la commission de la justice et de la sécurité publique du sénat de la République d’être un patron des groupes de gangs armés du marché de la croix des bossale, marché la Saline et d’autres contrées de la capitale haïtienne, l’ancien député Arnel Bélizaire a fait des révélations importantes ce matin.

 

Invité à l’espace phare “Invité du jour” de la radio Vision 2000 du journaliste vedette Valéry Numa, Arnel Bélizaire a rejeté les accusations portées à son encontre par le sénateur Jean Renel Sénatus qui l’a accusé d’avoir prêté des armes à des chefs de gang qui rançonnent des marchands dans des marchés publics surtout à la Saline et de la croix des bossales contre une recette de 400.000.00 gourdes par semaine.

 

Pour l’ancien parlementaire, ces affirmations de l’ancien commissaire du gouvernement de Port-au-Prince rentrent dans le cadre d’une manoeuvre visant à détruire sa personne morale dans le milieu de la politique haïtienne. Il n’a jamais prêté ou alloué des armes à qui quiconque bandits comme laisse entendre le sénateur.

 

Il a révélé à Valéry Numa que nombreuses personnalités de la vie politique haïtienne détiennent des armes illégales couvertes par leur statut de dirigeant. Questionné par le journaliste concernant quelques autorités qui utilisent ses armes, Arnel Bélizaire a fait savoir qu’il a prêté des armes à son ami, Rudy Hérivaux, directeur général du ministère des affaires sociales et du travail et également dirigeant du PHTK.

 

Interrogé sur l’origine, de la provenance et de l’utilisation de ces armes qu’il détient, l’ancien membre du regroupement du Fanmi Lavalas a avoué que ces armes d’une quantité de 32, étaient utilisées par les anciens soldats des forces armées d’Haïti qu’il avait la possibilité de serrer après la dissolution de l’armée haïtienne après le retour de Jean Bertrand Aristide.

 

RICHEMOND Johnson / Intégration Presslakay
Janvier 2018
Twitter :@richemond85

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.