Aller à la barre d’outils

Après le Brexit, le Royaume-Uni traitera les Européens comme tous les autres immigrants

La Grande-Bretagne mettra fin à l’accès préférentiel des travailleurs de l’Union européenne après le Brexit, a annoncé mardi la Première ministre Theresa May, souhaitant attirer des immigrants hautement qualifiés, d’où qu’ils viennent.

Dans une annonce lors de la conférence de son parti conservateur, May a annoncé qu’elle publierait ses plans pour un système unique pour les pays de l’UE et les pays non membres plus tard cette année, avant la publication d’un projet de loi en 2019.

May a déclaré que la libre circulation des personnes dans l’UE se terminerait par le Brexit et que “pour la première fois depuis des décennies, ce sera ce pays qui contrôlera et choisira qui nous voulons venir ici”.

“Ce sera un système basé sur les compétences où ce sont les compétences des travailleurs qui importent et non d’où elles viennent”, a-t-elle déclaré dans un communiqué.

“Ce sera un système qui regarde à travers le monde et attire les personnes possédant les compétences dont nous avons besoin.”

Elle a ajouté: “Pendant trop longtemps, les gens ont pensé qu’ils avaient été ignorés en matière d’immigration et que les politiciens n’avaient pas pris leurs préoccupations suffisamment au sérieux.

Le nouveau système basé sur les compétences garantira la réduction de l’immigration peu qualifiée et mettra le Royaume-Uni sur la voie d’une réduction durable de l’immigration, comme nous l’avions promis. Parallèlement, nous formons les Britanniques aux emplois qualifiés de l’avenir.

Cette annonce fait suite à un rapport commandé par le gouvernement qui recommandait le mois dernier d’égaliser les règles du jeu pour les ressortissants de l’étranger et de limiter les travailleurs peu qualifiés.

May a déclaré que ceux qui souhaitaient vivre et travailler en Grande-Bretagne à long terme devraient gagner un salaire minimum et ne pourraient faire venir leur famille que s’ils étaient parrainés par leurs futurs employeurs.

Elle a toutefois concédé que les futurs accords commerciaux de la Grande-Bretagne pourraient avoir une incidence sur la politique d’immigration.

L’UE pourrait chercher à négocier le maintien d’un traitement préférentiel en échange de l’accès de la Grande-Bretagne à son marché unique, tandis que d’autres pays pourraient également demander une exemption de visa dans le cadre de leurs propres accords commerciaux.

“La capacité des partenaires commerciaux à fournir des services et des programmes d’échanges d’étudiants fera partie des futurs accords commerciaux”, a déclaré le Premier ministre.

Le gouvernement a déjà promis de protéger les droits de plus de trois millions de citoyens européens vivant actuellement en Grande-Bretagne après le Brexit, même en l’absence d’un accord de divorce.

Robinson JEROME

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :