Publicités
Richmond Johnson 9 juin 2020

Alors que plusieurs milliers de citoyens ont de nouveau manifesté hier dimanche à travers le monde pour continuer de dénoncer la mort tragique le 25 mai dernier de l’afro-americain, George Floyd (46 ans), tué par Derek Chauvin un policier blanc, le président Jovenel Moïse et son gouvernement n’ont toujours pas lâché un mot pour exprimer la position officielle d’Haïti face à ce qui s’était passé à Minneapolis dans l’État de Minnesota. Face à ce nouveau mutisme du chef de l’Etat haïtien mal vu et interprété diversement dans l’opinion publique, le sénateur Pierre Paul Patrice Dumont s’est adressé avant-hier dimanche pour essayer d’enlever le dessous du silence suspect du locataire du palais national.

Dans une vidéo d’au moins quatre minutes publiée sur sa page Facebook, l’élu du département de l’Ouest, Patrice Dumont n’a pas ménagé ses mots pour critiquer une nouvelle fois le président Jovenel Moïse. Selon le législateur haïtien, le silence suspect du protégé de l’ancien président Michel Joseph Martelly s’inscrit dans le cadre d’une démarche visant à le garder au pouvoir jusqu’en février 2022 contrairement à des voix de l’opposition politique et de la population civile qui évoquent la nécessité d’une fin de mandat en février 2021.

“Des millions de personnes du monde entier dont des haïtiens ont manifesté dans des pays étrangers pour condamner les violences policières particulièrement celle qui a emmenée à la mort de George Floyd, tué par Derek Chauvin sous la complicité de trois autres policiers blancs. Jusqu’ici, le président Jovenel Moïse n’a rien dit. En tant que mère de la liberté, le pays n’a pas le droit d’avoir cette position dans cette affaire douloureuse. La liberté doit être la partie fondamentale et essentielle de la politique étrangère du pays. Cette décision de Jovenel Moïse de ne pas condamner cet acte odieux et surtout la façon dont le président américain Donald Trump a géré l’affaire s’inscrit dans le cadre d’un plan visant à permettre à la maison Blanche de le garder à la magistrature suprême de l’État haïtien au delà du 7 février 2021 contrairement aux revendications du peuple haïtien qui exige sa démission.” A dénoncé le sénateur Patrice Dumont qui par ailleurs a rappelé aux policiers haïtiens qu’ils n’ont pas le droit de frapper un individu peu importe son degré d’implication dans un acte pour lequel il aurait été appréhendé. Ils invitent les agents de la force publique de ne pas se comporter comme Derek Chauvin.

Supporté politiquement par l’administration de Donald Trump depuis le déclenchement des turbulences politiques en Haïti pour exiger son départ pour sa mauvaise gestion à la tête de l’administration publique, Jovenel Moïse a une nouvelle fois laissé passer un moment historique pour rappeler au monde entier la place d’Haïti dans la lutte pour la liberté dans l’histoire du monde.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils