Publicités
Marvens Sénèque 3 mai 2020

Suite à l’article publié dans les colonnes du journal britannique “the guardian” ce 30 avril 2020. L’organisation de défense des droits de la femme, Kri Fanm Ayiti (KRIFA) qualifie de scandale odieux le comportement du président de la Fédération de Football Haïtien (FHF), Dr Yves Jean Bart pour avoir abuser sexuellement plusieurs joueuses, parmis lesquelles des mineurs. Ces joueuses qui sont gardés dans le centre du FIFA goal, situé dans la commune de la Crois-des-Bouquets.

Lisez le communiqué de la KRIFA dans toute son intégralité ci-dessous.

Communiqué de presse

L’organisation Kri Fanm Ayiti (KRIFA) a appris avec la plus grande stupeur la conduite du président de la fédération haïtienne de football (FHF) qui indigne la conscience collective.

Selon l’article paru dans les colonnes du journal britannique the guardian en date du 30 avril 2020 et une vidéo qui fait le tour de la toile, le Dr. Yves Jean Bart, aurait abusé sexuellement les jeunes filles du centre de FIFA Goal de la Croix-des-Bouquets et contraindre certaines dont des mineures à avorter. Ces allégations pour le moins accablantes portent atteinte aux droits fondamentaux, notamment à l’intégrité physique et psychologique et à la sécurité de ces jeunes filles.

En Haïti et un peu partout à travers le monde, tous ceux qui ont du pouvoir ont tendance à en abuser. Cette phrase n’a jamais eu une meilleure place que dans une ambiance où il existe des rapports de subordination et de domination comme c’est le cas dans ce scandale odieux.

Une agression sexuelle étant un acte de nature criminelle et punit par la législation haïtienne, KRIFA demande aux autorités notamment au Commissaire du Gouvernement de diligenter une enquête et de mettre l’action publique en mouvement afin que la lumière soit faite sur ce dossier.

Dans le cadre de sa mission de défense et de promotion des Droits des femmes et des filles en Haïti, KRIFA invite les concernées et leurs proches à porter plainte auprès des autorités compétentes. KRIFA exige entre autre que le Dr. Yves Jean Bart soit démis de ses fonctions en attendant que la justice se prononce sur son cas.

KRIFA demande aux autorités judiciaires de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les filles afin d’éviter toute forme d’intimidation et d’étendre l’enquête aux potentiels complices et co-auteurs des actes dénoncés par le journal.

KRIFA entend donner un appui psychosocial à ces jeunes filles dont la vie aurait été détruite par des prédateurs sexuels. Nous comptons, au niveau de KRIFA, les accompagner à travers les différentes phases de la procédure judiciaire afin que cette affaire ne soit pas étouffée comme tant d’autres.

Une quelconque violence faite sur une jeune fille est également une violence de la société tout entière, généralement commencée par la tolérance à l’égard des agressions et des propos sexistes. C’est pourquoi dans la lutte contre les agressions sexuelles, KRIFA appelle toute la société civile à faire un faisceau. En Haïti, ces violences sont trop souvent et trop longtemps restées cachées ou ignorées en tant que fait de société et de sécurité et de santé publique.

Fait à Carrefour, le 2 mai 2020

Guerlyne RESIDOR
Coordonnatrice générale
(509) 2945-0040
krifanmayiti@gmail.com
10, Mon repos 50, Carrefour, Haïti

Marvens SÉNÈQUE
PRESSLAKAY

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils