Le parcours politique de Tammy Duckworth est marqué par les premières. Première élue de Washington amputée des deux jambes, premier membre du Congrès né en Thaïlande. En avril, elle devrait être la première sénatrice à accoucher pendant son mandat.

« Et bien, il était temps » pour le Sénat, a déclaré l’ancienne combattante de la guerre en Irak, âgée de 49 ans, après avoir annoncé sa grossesse mardi. Les neuf autres femmes du Congrès ayant eu un enfant pendant leur mandat étaient des élues de la Chambre des représentants.

« Je ne peux pas croire qu’il ait fallu attendre 2018. Ca dit quelque chose du manque de représentativité qui existe dans notre pays », a-t-elle dénoncé dans les pages du Chicago Tribune.

Occupant l’ancien siège de Barack Obama, la sénatrice démocrate n’a pas la langue dans sa poche. La semaine dernière, debout sur ses jambes en titane, elle a reproché à Donald Trump d’avoir accusé son parti de « prendre en otage » l’armée pendant le « shutdown ».

« Je n’ai pas de leçon à recevoir sur les besoins militaires de quelqu’un qui a échappé à cinq reprises à la conscription », a lancé l’ancienne militaire, accusant le commandant en chef d’avoir évité la mobilisation pendant la guerre du Vietnam.

– Défier la mort –

Tammy Duckworth a perdu ses deux jambes et frôlé la mort en Irak, le 12 novembre 2004. L’hélicoptère « Blackhawk » qu’elle co-pilotait a été touché par une roquette. Malgré un cockpit en feu, la jeune femme a essayé de le faire atterrir. Impossible d’atteindre les pédales. « Je n’avais pas réalisé que mes jambes n’étaient plus là », a-t-elle confié au micro de l’ancien conseiller de Barack Obama, David Axelrod, en décembre 2016.

L’histoire de Tammy Duckworth commence en Asie du Sud-Est. Son père, ancien Marine américain qui travaille dans l’humanitaire, emmène sa famille avec lui vivre à Bangkok, Singapour et Jakarta. Elle découvre l’importance de l’aide américaine. « J’ai vu que notre pays pouvait avoir une autre influence que celle basée sur le pouvoir militaire », s’est-elle remémorée pendant le podcast de M. Axelrod.

Mais le vent tourne. Son père, licencié, emmène sa famille à Hawaï quand ils n’ont plus d’argent. Pendant des années, ils survivent à leur tour grâce au programme de « food stamps », l’aide alimentaire gouvernementale. La jeune Tammy enchaîne les petits boulots au lycée pendant que sa mère fait de la couture depuis la maison.

Tammy Duckworth veut être diplomate. Elle se prépare à l’examen mais réalise, à l’université, qu’elle se sent bien mieux en compagnie de ses camarades qui sont dans l’armée.

Changement radical, elle décide alors de s’engager. Après le 11 septembre, elle supplie son supérieur de l’envoyer combattre et elle est déployée en 2004. Neuf mois plus tard, Tammy Duckworth est grièvement blessée. Cette roquette change son destin, même si la soif de revanche est forte : « Je voulais y retourner et les rattraper ».

– ‘Défendre les familles’ –

Tammy Duckworth entame sa lente guérison dans un hôpital sur le sol américain, près de la capitale. Elle apprend à marcher sur des prothèses et sa rééducation, épuisante, dure plusieurs mois.

Aider les anciens militaires devient alors son combat. Elle décroche le poste de directrice du département pour les vétérans de l’Etat de l’Illinois et quelques temps plus tard, le président Obama la nomme Secrétaire adjointe de ce même département, au niveau fédéral. Elue à la Chambre des représentants en 2012, elle accouche de son premier enfant en 2014.

Beaucoup ont félicité Mme Duckworth à l’annonce de sa nouvelle grossesse, comme l’ancien pilote de l’armée américaine, le sénateur républicain John McCain, la qualifiant « d’héroïne américaine ».

Mais Tammy Duckworth a le triomphe modeste, affirmant qu’elle n’est « pas la seule à être parent tout en travaillant.

« Ma fille, Abigail, m’a seulement amenée à être plus engagée dans mon travail et défendre partout, les familles qui travaillent dur ».

Auteur : Par Michael Mathes – Washington (AFP)

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.