La semaine dernière, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres avait recommandé au conseil de sécurité de L’ONU de créer une nouvelle mission politique en Haïti qui sera instaurée dans le pays le 16 octobre 2019 dans l’objectif de remplacer la MINUJUSTH qui arrivera à l’expiration de son mandat le 15 octobre de l’année.

 

Réagissant à cet effet qui a fait couler beaucoup d’encre dans les différents médias du pays, le secrétaire général du plate-forme Pitit Dessalin Jean Charles Moïse a déclaré clairement son refus catégorique d’accepter l’arrivée prochaine d’une nouvelle mission des forces internationales dans le pays qui a eu l’accord favorable du gouvernement haïtien. Selon l’ancien sénateur de la République devenu aujourd’hui figure référentielle de la lutte contre le pouvoir en place, il sollicite à la nation haïtienne de se mettre debout pour déclencher une grande mobilisation nationale afin d’empêcher l’instauration de cette nouvelle mission politique en Haïti après le départ de la MINUJUSTH.

 

Rappelons que cette nouvelle mission de L’ONU aura un mandat d’un an et elle aura pour mission de fournir de bons offices et de conseiller le gouvernement dans des domaines spécifiques tels que la réforme politique, les élections, la justice, le système pénitentiaire, le développement de la police, la réduction de la violence et les droits de l’homme.

 

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.