Dans un communiqué conjoint signé des ministres de la planification et de la coopération externe, de l’intérieur, des affaires étrangères et des cultes, en date du 29 mai 2018. L’organisation non-gouvernementale Oxfam GB a été déclaré persona non grata en Haïti.

 

Lors d’une rencontre avec la presse ce mercredi 13 juin 2018, le ministre de la planification Aviol Fleurant a d’un ton ferme critiqué les mauvaises actions de l’oxfam GB. Cette organisation a violé les dispositions de la constitution haïtienne, le décret du 14 septembre 1989, les lois pénales Haïtienne régissant le fonctionnement des organisations non gouvernementales. Ce qui avait occasionné le 22 février 2018, la suspension provisoire de son permis de fonctionnement pour 2 mois.
Plus loin, Aviol Fleurant a fait valoir que cette suspension a été justifié parce qu’il y avait abus d’exploitation sexuelle perpétrée en Haïti en 2010-2011 par des responsables de l’oxfam au détriment des haïtiens en situation de vulnérabilité et de précarité.

Ce communiqué stipule que les ministères concernés, agissant au nom de l’État Haïtien, procède au retrait définitif de la reconnaissance de statut d’ONG d’aide au développement octroyé à l’organisation dénommée Oxfam Grande Bretagne (OXFAM GB).
Ce retrait entraine, d’après les dispositions de l’article 31 du décret du 14 septembre 1989, la dissolution de l’ONG et la liquidation de ces biens.

 

Aviol Fleurant se montre très critique vis à vis des​ gouvernements passés qui se contentaient seulement de recevoir l’aide là où l’international l’entend donner. 10 milliards de dollars américains ont été dépensé sur les 10 dernières années en Haïti, tandis que sur le terrain il n’y a aucun impact. Désormais, ce gouvernement veut instituer un nouveau paradigme de coopération et de gouvernance de l’aide externe. L’aide doit s’aligner au priorité du gouvernement, poursuit t-il.

 

Le ministre de la planification Aviol Fleurant annonce pour bientôt le dépôt au parlement, d’un avant projet de loi traitant du nouveau cadre et de gouvernance de l’aide externe pour réguler l’aide publique au développement.

Francky Belfort

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.