La mission cardinale du pouvoir législatif étant le contrôle sans fard de l’action du gouvernement porte la cohorte des esprits positif à passer au peigne fin l’indelicatesse de la dernière décision du sénat haïtien en relation a l’organisation et au fonctionnement des bureaux spécifiques. Si d’aucuns s’offrent à établir la vérité historique et politique par l’analyse de la situation administrative du sénat haïtien ils n’hésiteront pas à se référer à la constitution, le règlement intérieur du Sénat notamment dans ses articles 13 et 204 et des articles 26,27,28-1 et 28-2 de la loi régissant le fonctionnement des partis politiques, histoire justement de juger l’attitude des décideurs au sein du grand corp.

Déjà le fait pour les sénateurs du PHTK et alliés de poser le grapin sur la totalité des bureaux et commissions de la chambre haute cela prouve de manière claire et nette que ce contre pouvoir est en plein violation systématique et flagrante des normes de la démocratie moderne.
Car les structures organisées du sénat, constituant la colonne vertébrale, la pierre angulaire, la clef de voûte même de la chambre des lords, sont celles sur lesquelles reposent la garantie, la moralité, la légalité et l’efficacité du contrôle de l’action gouvernementale.

À ce carrefour de dislocation totale de l’institution parlementaire, comment procéder au redressement de ce pouvoir politique confortable aux trousses de l’exécutif si tout les sénateurs de l’opposition sont, sans le moindre respect des normes établies, exclus des différentes formations administratives devant légitimer les décisions de cette digne et fière assemblée politique, sous l’ordre du président JOVENEL moise.

De quelque côté qu’on retourne la question on ne commettra aucun péché d’accuser le pseudo président du sénat JOSEPH Lambert d’irresponsabilité, de légèreté dans sa gestion et de complicité avec une majorité rétrograde, réactionnaire, ancrée dans une mission diabolique de traîner le pays dans les miasme de la misère et du sous développement.

Par-dessus tout, la première victime de cette arène politique est bien évidemment le groupe des quatres (4) valeureux sénateur de l’opposition, qui, de toute évidence paie le prix du budget 2017-2018 et du rapport relatif des fonds petro caribé.

Voilà qui mène à concevoir les attaques verbales proférées contre Haïti, donc la dernière en date, celle du raciste et écervélé Donald Trump dans le cadre de la culture de mauvaise gouvernance ayant toujours caractérisé le fonctionnement des institutions haïtienne des plus basses aux plus hautes en passant, à coup sûre, par le sénat de la république qui au vu et au su de tout le monde est entrain d’être souillé sous le poids d’un assoiffé de pouvoir dénommé JOSEPH Lambert qui ne cesse de prouver qu’il est un cas car,comme le titulaire palais législatif il devrait s’avérer le garant par excellence de la bonne marche du sénat étant co-depositaire de la souveraineté nationale.

Que les citoyens haitiens se mettent tous ensemble débout pour défendre leur dignité!

WILNER Joseph Citoyen indigné

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.