Le réseau Haïtien de Journaliste en Santé (RHJS) de concert avec le Volontariat pour le Développement d’Haiti (VDH), ont organisé vendredi dernier une conférence de presse pour attirer l’opinion publique sur le respect du secret médical en Haïti.

Les deux institutions évoluant dans le secteur de la santé veulent montrer l’impact du non-respect de la confidentialité dans le processus de la prise en charge et le traitement d’un patient. Le secrétaire générale du RHJS, le docteur Odile Lespérance déplore ce principe qui n’est pas souvent respecté en Haïti.

Le spécialiste en gynécologie-Obstetrique recommande au personnel médical de prendre conscience de l’importance du secret médical dans l’exercice de ses fonctions. Il encourage des campagnes de plaidoyer autour de la question afin de lutter avec efficace contre ce phénomène.

D’un autre côté, le chargé de mission et de plaidoyer au sein du VDH Gladimy Ibrahim, a fait remarqué, que le non-respect du secret médical est une forme de stigmatisation et de la discrimination, il précise que ce phénomène ne fait qu’éloigner davantage les structures de santé, et les couches les plus vulnérables de la population haïtienne, en augmentant le risque de propagation de certaines maladies.

Pour faire face à ce problème, Gladimy Ibrahim estime que l’etat doit jouer son rôle pour faire appliquer les sanctions prévues par la loi mère haïtienne contre tous ceux qui ne respectent pas le secret médical.

Helonie Lucien

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.