Le Réseau des Nations Unies sur les migrations se réjouit du vote du pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières par l’assemblée générale des Nations Unies, le mercredi 19 décembre 2018, au terme d’une conférence à Marrakech.

 

Avec 152 voix pour, 5 contre et 12 abstentions, ce document appelé aussi << pacte de Marrakech >> a été approuvé par une grande majorité des Etats membres. Soutenu par une vaste alliance de partenaires, composée de la société civile, secteur privé, les syndicats, la diaspora et les communautés des migrants, les institutions nationales des droits de l’homme,les autorités locales, les réseaux de jeunes et d’autres acteurs, ce document de 23 objectifs vise à accorder des protections aux migrants.

 

Le Réseau des Nations Unies sur les migrations a présenté l’importance de ce pacte dans la poursuite de la coopération internationale en matière de migration dans l’intérêt de tous.

Ce pacte mondial sur les migrations est le premier accord mondial ayant une vue commune sur la migration. Il résulte d’un processus intensif de négociations.

 

<< L’approbation officielle du pacte représente un engagement sans faille pour un cadre international des migrations fondé sur des faits et non sur des mythes >> a fait savoir, Louise Arbour, représentante spéciale du secrétaire général pour les migrations internationales pour saluer la décision de l’assemblée générale.

 

Pour Antonio Vitórino, Directeur général de l’OIM et également coordonnateur du Réseau des Nations Unies sur les migrations, le pacte mondial arrive à un moment important. Selon lui, le document contient la promesse d’un discours sur la migration fondé sur des bases factuelles et moins fondé sur des preuves factuelles, d’un plan visant à élaborer des politiques plus complètes pour améliorer la vie des migrants et les communautés dans lesquelles ils vivent, ainsi que de la possibilité de réduire les risques dangereux, chaotiques et irréguliers. Flux migratoires.

<< La migration est un phénomène aux multiples dimensions >> poursuit le coordonnateur, qui a aussi abordé des questions profondes et urgentes qui concernent le développement durable, le changement climatique, les crises humanitaires, le contrôle des frontières, la sécurité, la lutte contre la traite des êtres humains, la promotion des moyens de migrations légale, le travail etc.

 

Le Réseau des Nations Unies sur les migrations créé à la demande du secrétaire général est l’instance chargée d’aider les Nations Unies à renforcer les avantages de la migration et à relever les nombreux défis.

Francky Belfort

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.